Tchernobyl : 30 ans après, quelles conséquences sur notre santé ?

Tchernobyl : 30 ans après, quelles conséquences sur notre santé ?

RADIOACTIVITE– L’explosion de la centrale nucléaire ukrainienne continue d’avoir des conséquences trois décennies plus tard. Des éléments radioactifs sont toujours détectables en France en 2016 mais leurs effets sur la santé restent incertains.

Trente ans après l’explosion du réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, les conséquences sur la santé sont encore incertaines. L’accident a projeté un nuage radioactif, poussé par les vents, contaminant l’Europe. La France n’a pas été épargnée.

EN SAVOIR + >> 30 ans de Tchernobyl : chronologie d'un mensonge et d’une catastrophe non-maîtrisée

Cancer de la thyroïde, leucémie entre autres maladies : des hommes, des femmes et des enfants souffrent encore aujourd’hui des rejets radioactifs disséminés entre le 26 avril et la mi-mai 1986. Metronews fait le point sur les répercussions sanitaires de cette catastrophe nucléaire en métropole.

Comment le nuage est-il arrivé en France ?
Suite à l’explosion de la centrale, le vent emporte le panache radioactif vers le nord-ouest, touchant les pays scandinaves. Celui-ci est ensuite rabattu vers l’Est, puis vers le sud, en Europe centrale et vers les Balkans. La masse d’air comprimé finit par toucher l‘Europe de l’ouest. La France, l’Allemagne et le nord de l’Italie sont concernés. L’Espagne et le Portugal sont épargnés. L’Hexagone atteint son pic de concentration en matières radioactives le 1er mai 1986.

 Quelles sont les substances radioactives détectées?
Les stations de surveillance du Service central de protection des rayonnements ionisants (SCPRI) et du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ont réalisé des prélèvements d’air début mai 1986. Grâce aux mesures de la radioactivité, la contamination de l’air a pu être reconstituée. L’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) révèle ainsi que parmi les éléments radioactifs, le césium 137 ne devrait disparaître que cette année puisque sa période radioactive s’étend sur 30 ans. "C’est la substance responsable d’une contamination durable des sols", note l’Institut. En comparaison, l’iode 131 a mis 8 jours à être éliminé, le césium 134, 2 ans.

Quelles sont les régions touchées ?

Au fil des années, les particules radioactives sont retombées au sol. Les dépôts secs ou humides (lors des épisodes de pluies) sont plus ou moins concentrés selon les lieux. Du nord-est à la Corse, en passant par la Franche-Comté, les régions françaises le plus touchées sont dans l’Est de la France.

 Comment les Français ont-ils pu être contaminés ?
Il y a bien sûr l’exposition à l’air. Mais aussi, les dépôts du nuage radioactif ont contaminé les sols et donc les produits agricoles. Fruits, légumes frais, produits laitiers (lait de chèvre et de brebis en première ligne) sont concernés par ces retombées radioactives. L’IRSN note que "l’activité radiologique des produits agricoles est 10 à 30 fois plus faible qu’en 1987." Elle diminue désormais lentement avec le temps. Toutefois, l’ingestion de ces aliments présente peu de risques aujourd’hui. C’est en 1986 qu’il aurait fallu interdire la consommation de ces produits.

Quels sont les effets des radiations sur l’organisme ?
Outre les brûlures et irradiations subis par les personnes présentes sur les lieux de l’accident, l’organisme humain est affecté par les substances radioactives. Ainsi, la principale maladie contractée est le cancer de la thyroïde. Des cas de leucémie ont aussi été observés. D’autres pathologies non cancéreuses ont été plus souvent diagnostiquées dans les régions touchées comme des dommages aux systèmes immunitaires et endocriniens, des maladies respiratoires et gastro-intestinales, des maladies cardio-vasculaires, sanguines et neuropsychologiques, un vieillissement prématuré, des anomalies génétiques ou encore des malformations chez le foetus et l’enfant.

Combien de personnes sont concernées ?
C’est tout le problème. Les témoignages affrontent les rapports officiels. "Aucune publication scientifique n’a pour l’instant mis en exergue une augmentation d'autres formes de cancers, de maladies cardio-vasculaires ou de leucémies et seule une étude récente signale un surcroît de cancers du sein en Biélorussie", affirme Jean-René Jourdain, chercheur à l’IRSN au site  Science et Avenir Un rapport de Greenpeace  fait mention de plus de 100.000 cancers radio-induits en 2006 dans le monde. 

En France ,officiellement, Tchernobyl n’a aucune conséquence sanitaire. Mais une enquête épidémiologique italienne, présenté en 2013 à Ajaccio, montre que la catastrophe nucléaire serait responsable d’une forte augmentation des maladies thyroïdiennes chez les hommes. Le nombre de cancer de la thyroïde a en effet augmenté de 28,29% chez les hommes après le passage du nuage, sans être significatif chez les femmes.

EN SAVOIR + >>  Tchernobyl : forte augmentation des maladies thyroïdiennes en Corse

De son côté, la justice française ne reconnaît pas de lien de cause à effet entre les pathologies constatées et les retombées du panache radioactif de Tchernobyl. En 2012, alors que l’ Association française des malades de la thyroïde intentait un procès au Service central de protection des rayonnements ionisants (SCPRI), la Cour de cassation retient "qu’il n’a pas été constaté en France une augmentation significative des cancers de la thyroïde."

A LIRE AUSSI
>> 
Réacteurs vieillissants, terrorisme... La France risque-t-elle la catastrophe nucléaire ?
>> 
30 ans de Tchernobyl : comment a-t-on pu affirmer que le nuage radioactif ne passerait pas la frontière ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le président chinois Xi Jinping promet 1 milliard de doses de vaccin pour l'Afrique

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.