Tests obligatoires dans les aéroports : comment ça se passe à Marseille et à Charles-de-Gaulle ?

Tests obligatoires dans les aéroports : comment ça se passe à Marseille et à Charles-de-Gaulle ?

REPORTAGE - A compter du samedi 1er août, les tests sont obligatoires dans les aéroports français pour les voyageurs en provenance de 16 pays jugés à risque. Comment se déroule la mise en application de cette mesure ?

Autrefois optionnels, les tests sont concrètement devenus obligatoires ce samedi 1er août, à l'atterrissage en France, pour les voyageurs en provenance de 16 pays classés "rouge" par les autorités.

Toute l'info sur

LE WE 13h

Lire aussi

A l'aéroport Marseille-Provence (Bouches-du-Rhône), les voyageurs cueillis à leur arrivée de Turquie par TF1 étaient partagés après un prélèvement par écouvillon effectué dans leur nez. "Je me rassure en me disant qu'au moins, c'est fait", sourit une jeune fille. "On a appris ça quand était encore en Turquie. Moi, je trouve ça ridicule... C'est un peu trop tard pour faire tout ça en fait. Il fallait le faire avant", juge, quant à elle, une mère de famille parmi les passagers du même vol. Par chance, l'avion n'était pas plein... "Autrement, on y aurait passé la matinée", envisage un autre voyageur, appréciant donc la rapidité de ce samedi.

La gommette verte

Rappelons, au passage, que, forte affluence ou non, ces tests à l'aéroport peuvent être évités. "Il suffit de produire un test PCR négatif datant de moins de 72 heures, rappelle en effet Denis Corsetti, chef des opérations à Marseille-Provence. Dans ce cas, les passagers peuvent directement accéder au contrôle transfrontier puis sortir de l'aéroport." 

Du côté de Roissy-Charles de Gaulle, on propose, en outre, des tests volontaires (c'est-à-dire non obligatoires) au départ, afin d'anticiper les trop longues files d'attente, s'étirant en revanche dès ce samedi aux arrivées des pays sur liste rouge dans l'aéroport parisien, regroupées dans deux terminaux, 2A et 2E : 3.000 à 6.000 de ces tests obligatoires doivent y être réalisées rien que pour cette première journée. 

"Une fois qu'on l'a passé, ils nous mettent cette petite gommette verte sur le passeport, montre une Française revenue d'Inde. Mais ça veut seulement dire qu'on l'a passé, pas qu'on a les résultats. Je dois les recevoir par SMS d'ici 24 heures."

Et s'ils sont positifs ? "Si jamais le virus est détecté, ils sont alors obligés de rester en quatorzaine chez eux", explique un employé du centre de dépistage de l'aéroport de Roissy. Soit un protocole de plus dans la lutte contre l'épidémie. Un protocole gratuit pour tous les voyageurs.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

La ville de Paris propose un confinement de trois semaines "si la situation sanitaire s'aggrave"

EN DIRECT - "Demi-mesures" sanitaires : Gabriel Attal réplique aux critiques des élus parisiens

CARTE - Covid-19 : la liste des 20 départements sous "surveillance renforcée", mesures possibles le 6 mars

"Je vous suggère de réfléchir à votre attitude" : le coup de gueule d'Alain Fischer contre un médecin refusant l'AstraZeneca

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter