"The Drinkable Book," le livre qui transforme l'eau impure en eau potable

Santé

SANTE - Des chercheurs américains ont mis au point une invention révolutionnaire qui pourrait bien sauver la vie aux milliers de personnes n'ayant pas accès à l’eau potable : un livre dont chaque feuillet se détache et sert de filtre pour éliminer toutes les bactéries responsables de maladies mortelles.

Le procédé est simple, mais il pourrait sauver des milliers de vies. Des chercheurs de l'université de Virginie ont mis au point un système de filtrage d'eau qui tient en quelques pages, le Drinkable Book. Alors que, comme le rappel l'Organisation mondiale de la santé (OMS), trois millions de décès sont attribuables chaque année à l’insalubrité de l’eau, l'initiative offre l'espoir d'améliorer considérablement la prévention contre des maladies d'origine hydrique comme le choléra, la E. coli, la légionellose, la diarrhée et la typhoïde.

Ce "livre buvable" est tout simplement composé d'une quarantaine de pages détachables pouvant être utilisées comme des filtres. Elles sont composées de nanoparticules d'argent qui détruisent les bactéries et les toxines et purifient l'eau à 99 %. Il n'y a plus qu'à glisser la page dans une boîte fournie avec le livre et attendre que l'eau filtrée ressorte. "Tous les produits chimiques utilisés sont non toxiques pour les humains", explique au site Thestar.com Theresa Dankovich, l'une des chercheurs participant au projet.

Inefficace contre les polluants industriels et les métaux lourds

Les chercheurs ont également agrémenté ces pages, qui peuvent être utilisées pendant 30 jours d'affilée, de conseils de prévention. Grâce à une encre spéciale, il est par exemple écrit de ne pas laisser des déchets ou les jeter près d'un point d'eau ou encore de ne pas la laisser stagner dans un récipient trop longtemps. Mais il y a une limite au pouvoir de ces filtres, qui se révèlent inefficaces en ce qui concerne les traces de polluants industriels et de métaux lourds qui peuvent également polluer l'eau.

Un partenariat a été établi avec une organisation à but non lucratif luttant contre les maladies hydriques dans le monde ( Water is Life ) et une trentaine de "Drinkable Book" sera envoyée au Ghana en août prochain. Si les essais sont concluants, les chercheurs espèrent le livrer dans plusieurs autres pays d'Afrique d'ici 2015. C'est dans cette région que se situent la majorité des 2,4 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale, qui n'ont toujours pas accès à des services d’assainissement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter