Toasts, frites…attention aux aliments trop grillés qui favoriseraient le risque de cancer

Toasts, frites…attention aux aliments trop grillés qui favoriseraient le risque de cancer
Santé

ALIMENTATION – L’agence sanitaire britannique Food Standards Agency alerte sur les modes de cuisson potentiellement dangereux pour la santé. Dans une nouvelle campagne de sensibilisation, elle recommande ainsi d’éviter de griller ses féculents, susceptibles d’être cancérogènes s'ils sont cuits à haute température.

Vous pensez que laisser trop longtemps son toast dans le grille-pain ou ses pommes de terre dans la poêle est anodin ? Détrompez-vous ! Outre le risque accru d’obésité associé à une friture riche en huile, l’Agence britannique des normes alimentaires (Food standards Agency ou FSA) rappelle que les aliments qui regorgent d’amidon et d’asparagine (un acide aminé) et qui sont cuits à trop haute température pourraient favoriser l’apparition de cancer. Leur nouvelle campagne de sensibilisation lancée ce lundi 23 janvier incite donc à la prudence. 

Limiter la cuisson à 120°C

Le responsable du risque de cancer : l’acrylamide. Cette molécule se forme lors de la cuisson des aliments riches en sucres ou en amidon donc, lorsqu’ils sont portés à une température supérieure à 120°C. L’absence d’humidité cumulée au mode de cuisson créé un cocktail potentiellement toxique. D’autres mets comme les chips, les biscuits secs, les céréales ou le pain concentrent des forts taux d’acrylamide. L’indice pour détecter la substance indésirable ? Les aliments brunissent. 

Si le risque de cancer a bel et bien été démontré sur des souris, les résultats sont un peu moins formels pour l’Homme. "Cette molécule est reconnue comme cancérogène avérée pour l’animal et possible pour l’Homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC)", note l’Agence française de sécurité des aliments (Anses) sur son site. Quoi qu’il en soit, la FSA mise sur la prudence. "On ne peut pas dire qu’une personne a un cancer à cause de l’acrylamide ingérée via l’alimentation, mais parce que les mécanismes observés sur les animaux sont similaires à ce qui pourrait se produire chez les humains", détaille auprès du Guardian le directeur de la FSA, Steve Wearne. 

Quelques conseils...

Par précaution, faut-il donc bannir nos féculents préférés de nos assiettes ? "Nous ne demandons pas d’éviter totalement ce groupe d’aliments, mais de varier l’alimentation afin de réduire le risque", précise encore Steve Wearne. Ainsi, une tranche de pain de mie grillée de temps en temps ne fait pas de mal, mais si vous en mangez tous les matins, il pourrait être judicieux de la remplacer par une tranche de pain complet en sautant l’étape grille-pain ou en diminuant la température. 

Loin de se contenter d’avertir les consommateurs, la campagne Go for Gold dresse aussi une liste de conseils pour limiter son exposition à l’acrylamide. Ainsi, contentez-vous de "dorer" vos pommes de terre, en évitant de les noircir. La cuisson à l’eau, à la vapeur ou au micro-ondes peuvent d’ailleurs être de bonnes alternatives. Lors des fritures, les aliments carbonisés sont à mettre de côté car ce sont eux qui concentrent le plus d’acrylamide. Enfin, les pommes de terre sont à conserver à température ambiante une fois cuites. Et comme toujours, ne lésinez pas sur les fruits et les légumes riches en antioxydants. Des molécules naturelles qui préviennent de toutes sortes de maladies, cancers inclus. 

Voir aussi

En vidéo

Semaine du goût : un chef cuisine avec les restes

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent