StopCovid devient TousAntiCovid : quoi de neuf dans la nouvelle version de l'application ?

StopCovid devient TousAntiCovid : quoi de neuf dans la nouvelle version de l'application ?

V2 - Peu téléchargée, peu utilisée, l'application mobile de "contact-tracing" du gouvernement vient de connaître une mise à jour majeure. But premier : être utile chaque jour, même loin du virus.

Née à la fois dans l'urgence, le retard, mais aussi la polémique, StopCovid n'avait pas vu le jour sous les meilleurs auspices. L'application sensée détecter les autres utilisateurs passant à sa portée, pour avertir de potentiels cas contacts avait été téléchargée deux millions de fois, bien moins que des applications comparables en Allemagne ou en Grande-Bretagne. Au final, un maigre bilan : seuls quelques centaines de cas contacts avertis.

Avec la reprise de l'épidémie, l'exécutif a choisi de relancer l'application, en se donnant cette fois plus de chances de succès, et surtout en étendant ses fonctionnalités. "On veut en faire un couteau suisse numérique qui nous accompagne pendant toute l'épidémie", explique Cédric O, le Secrétaire d'État chargé du numérique. Une promesse qui n'est pas gratuite. Plus utile au quotidien, l'appli serait plus téléchargée, une condition même de son efficacité, pour la détection des contacts avec une personne infectée. "Pour que cette application fonctionne, il faut que nous soyons des millions à l'utiliser", explique le ministre.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Un tableau de bord de l'épidémie, et des informations personnalisées

En fait, dans Tous Anti-Covid, tout a changé, sauf le coeur de l'appli, qui reste la fonction de contact-tracing. Une fonction silencieuse, qui avait tendance à rendre l'application invisible, et surtout sans bénéfice immédiat pour qui l'installait. C'est de ce côté-là que se situent les nouveautés.

D'abord, l'appli veut être un dispositif d'information pour ses utilisateurs, elle affiche ainsi les derniers chiffres de l'épidémie, nouveaux cas, taux d'incidence, d'occupation des lits en réanimation aussi, des chiffres remis à jour quotidiennement, bientôt disponibles au niveau local. En parallèle, l'app fait aussi oeuvre de transparence, en affichant les chiffres de sa propre utilisation, nombre de téléchargements, de cas déclarés dans l'appli, et de cas contact qu'elle a permis d'avertir.

On y trouve aussi des liens vers les sites de Santé Publique France, pour localiser par exemple les centres de test ouverts autour de chez soi, et rapporter les temps d'attente, et d'attente des résultats.

Lire aussi

Là où la première version était comme une balise fort silencieuse, Cédric O promet que la version 2 sera plus utile, plus visible, et plus vivante aussi. "Toutes les deux semaines, des mises à jour viendront ajouter de nouvelles fonctions à l'application", a-t-il promis lors du point presse de ce soir. Parmi les premières nouveautés attendues, l'intégration dans l'application de l'attestation de sortie - pour les départements où le couvre-feu a été décrété - mais aussi celle du carnet de rappel des restaurants, qui permettra de s'identifier et d'être recontacté si un cluster était détecté dans un établissement.

Sur le fond, Cédric O a également voulu prévenir les critiques entendues lors du lancement de StopCovid, principalement sur les craintes pour la vie privée. "Les données de l'application sont détruites tous les quatorze jours (...) la CNIL l'a examinée de fond en comble, et son code-source est ouvert et disponible", a expliqué le ministre, comptant bien rassurer de potentiels nouveaux utilisateurs. Parmi ceux-là, Jean Castex, le premier ministre raillé ces dernières semaines quand il avait avoué n'avoir pas installé l'application, première du nom. Oubli réparé : "Je l'ai téléchargée", a-t-il déclaré.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

11% des Français déjà infectés par le Covid-19 : quelles sont les régions les plus touchées ?

EN DIRECT - Loi "Sécurité globale" : 52.350 manifestants en France dont 5.000 à Paris, selon l'Intérieur

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Lire et commenter