Trois conseils pour se préserver des perturbateurs endocriniens

Trois conseils pour se préserver des perturbateurs endocriniens

DirectLCI
SANTE - On les soupçonne d’engendrer des troubles de la fertilité et des cancers hormonaux dépendants. Metronews vous donne trois conseils pour éviter le plus possible d'être exposé aux perturbateurs endocriniens.

On identifie les principales sources
Pour éviter une exposition quotidienne, mieux vaut reconnaître les perturbateurs endocriniens et connaître les produits dans lesquelles on peut les trouver. On en compte des dizaines voire des centaines différents mais les plus courants commencent à faire beaucoup parler d'eux : le Bisphénol A, une substance chimique utilisée pour la fabrication de plastiques et de résines (biberons, bouteilles, vaisselles), Les phtalates, une autre substance chimique que l'on trouve dans des objets en plastique (jouets, ballons, nappes, emballages), et les parabènes et le triclosan, des conservateurs présents dans les produits cosmétiques (shampooings, crèmes hydratantes, mousse à raser).

On regarde avant d'acheter
Une fois les principaux perturbateurs endocriniens identifiés, il faut être vigilant pendant les courses. Comme les OGM, une réglementation oblige les industriels à inscrire leur présence sur les produits. Prenez votre mal en patiente pour examiner les étiquettes : plus la liste est courte, mieux c’est. De manière générale, préférez les contenants en verre plutôt que ceux plastique. Par conséquent, privilégier l'eau du robinet à toute autre boisson et éviter d'acheter des aliments a réchauffer dans des récipients faits de cette matière. Enfin, faites attention à la mention "sans parabènes" que l'on peut lire sur certains cosmétiques car elle ne signifie pas que le produit en est totalement exempt.

On mise sur le bio
Comme pour tout polluant, le meilleur moyen de se préserver des perturbateurs endocriniens est de limiter voire même d’éviter d’y être exposé. Pour la nourriture comme pour le ménage et les cosmétiques, les produits "bio" apparaissent comme la meilleure alternative car pour obtenir ce label il faut obtenir et respecter une charte très stricte. Pour les cosmétiques notamment, l'insitut de notation Notéo met à disposition des utilisateurs de smartphone une application dans laquelle elle note des produits du quotidien selon quatre critères : santé, environnement, social et budget. Ceux avec des perturbateurs endocriniens possèdent très souvent les notes les plus basses.

Plus d'articles