Troubles de l'érection : un quatrième médicament attendu en avril

Troubles de l'érection : un quatrième médicament attendu en avril

DirectLCI
SEXE - Un nouveau concurrent du Viagra arrive bientôt en France. Le Spedra, commercialisé par le laboratoire Menarini, promet un effet plus rapide que ses concurrents et des prix défiant toute concurrence.

La famille de la "pilule magique" s'agrandit. Il y a vingt ans, les hommes souffrant de troubles de l'érection ont trouvé leur solution miracle dans le Viagra. Outre cette molécule brevetée par Pfizer, deux autres laboratoires ont investi le marché : Bayer avec le Levitra et Eli Lilly avec le Cialis. Ce sont les trois médicaments les plus connus. Ou du moins c'était puisque selon Le Parisien , le laboratoire Menarini s'apprête à commercialiser en France une nouvelle molécule, l'avanafil.

Attendu dès le 7 avril, le traitement sera vendu sous le nom de Spedra. Trois dosages sont disponibles : des comprimés de 50, 100 et 200 mg, la recommandation étant de commencer par la deuxième posologie. Comme ses cousins, il est catégorisé comme un "inhibiteur de la phosphodiestérase de type 5", une substance qui entraîne une érection en cas de stimulation sexuelle. Pour se démarquer, trois arguments lui sont attribués : plus rapide, moins d'effets indésirables et moins cher.

Un petit quart d'heure d'attente

Quand les effets du Viagra se ressentent au bout d'une trentaine de minutes, le Spedra, lui, agirait en deux fois moins de temps. Les études cliniques du laboratoire ont montré que 64 à 71 % des hommes qui l'ont testé ont pu avoir un rapport sexuel dans les quinze minutes suivant sa prise, (contre 27 % avec le placebo) et ce pendant six heures. Le Levitra quant à lui agit au bout de quinze minutes pendant cinq heures, et le Cialis en 30 minutes pour une durée pouvant aller jusqu'à… 36 heures.

Mais peu importe le type de médicament choisi, certains patients se plaignaient de troubles visuels, de migraines et des érections prolongées et douloureuses. Le Spedra ne devrait pas provoquer ces désagréments. Enfin, son prix ne dépassera pas les six euros par comprimé, contre dix euros pour les autres traitements. Les bénéfices pour le laboratoire Menarini seront tout de même conséquents puisque, rien qu'en 2012, les ventes de Viagra ont atteint 26 millions d'euros dans l'Hexagone.

Aucune solution miracle

Si l'arrivée de cette nouvelle molécule est une bonne nouvelle pour les patients, certains médecins se montrent quant à eux méfiants. A l'instar des autres médicaments, ses effets ne sont pas miraculeux : considéré comme un "facilitateur" il n'agit pas sans un minimum d'envie et de désir. Rien n'est dit qu'il suffise aux patients, qui peuvent aussi se tourner vers des médecins spécialisés pour combiner les deux thérapies. Et comme les autres traitements, il n'est pas recommandé aux hommes souffrant de troubles respiratoires et cardiaques.

Enfin, Le Figaro qui a consulté le dossier scientifique du produit explique que pendant les essais cliniques, le Stendra a été comparé avec des placébos, et non des médicaments de référence. Reste à savoir si ce dernier arrivera à se faire en place sur ce marché juteux. Rien qu'en France la demande est considérable : 600 000 hommes sont sous traitement. Mais ce secteur risque d'être très compétitif dans les prochaines années car le brevet du Viagra est tombé dans le domaine public depuis juin 2013.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter