Troubles du sommeil : comment votre salive pourrait vous sauver la vie

DirectLCI
SANTÉ – La fatigue demeure la première cause d’accidents mortels sur les autoroutes. Des chercheurs planchent actuellement sur des tests salivaires permettant de la déceler.

Pendant que vous vous étalez confortablement sur votre matelas et sombrez, la tête enfoncée dans l’oreiller déjà chaud, plusieurs jeunes hommes souffrent le martyr, obligés à ne dormir que trois heures par nuit. Rassurez-vous : ils le font pour la bonne cause, à l’initiative d'une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Damien Léger.


Celle-ci officie actuellement au Centre du sommeil et de la vigilance de l’université Paris-Descartes. Les premiers résultats de cette étude consacrée au dépistage de la privation de sommeil ont été publiés ce vendredi. Une étude qui contient une trouvaille étonnante.

Plusieurs marqueurs biologiques de la fatigue et du manque de sommeil peuvent en effet être révélés par notre salive, et non plus notre sang. "Nous avons identifié deux marqueurs, confie le professeur Léger au Parisien. Et, d’ici quelques années, nous aimerions proposer un outil simple d’autoévaluation." C’est-à-dire un test salivaire indiquant votre degré de manque de sommeil. Il permettrait, par exemple, de savoir si vous pouvez ou non prendre le volant de votre voiture.

Ce n’est pas anodin : le manque de sommeil demeure la première cause d’accidents mortels sur les autoroutes. C’est d’ailleurs pour cela que le constructeur Vinci finance en partie ces travaux de recherches. Les marqueurs en question, révélés par la salive des cobayes, sont les chutes de cortisol, l’hormone permettant de lutter contre le stress, et d’amylise, celle qui protège la zone ORL (nez, gorge, oreilles et cou). 


L’étude indique en outre que deux nuits trop courtes suffisent à provoquer des oublis fréquents et à augmenter notablement l’agressivité, sans oublier un ralentissement des réflexes. Les spécialistes recommandent, a minima, une nuit de sept heures avant de prendre la route. Pensez-y en ce weekend de départ en vacances.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter