Tuberculose : des progrès qui donnent espoir

Tuberculose : des progrès qui donnent espoir

DirectLCI
MALADIE - A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose du 24 mars, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) rappelle que cette maladie infectieuse tue encore dans le monde, notamment en raison d'un dépistage insuffisant. Mais une initiative encourageante apporte des progrès concrets dans ce domaine.

La maladie recule, mais la bataille n'est pas terminée. La tuberculose touche encore 9 millions de personnes dans le monde chaque année (et 1,3 million en décède). Un chiffre impressionnant, rappelle l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) à l'occasion d'une journée mondiale de sensibilisation. Mais pas plus impressionnant que celui des trois millions de malades, soit un tiers des cas, qui ne bénéficient pas des soins dont ils ont besoin. C'est sur ces personnes qu'a voulu mettre l'accent l'édition 2014 de cette journée.

La tuberculose est l’une des maladies les plus meurtrières au monde, en deuxième position après le sida. Elle est causée par une bactérie qui touche le plus souvent les poumons. Il est possible de la soigner, cependant les efforts déployés pour dépister, traiter et guérir les personnes qui la contractent ne suffisent pas. Dans de nombreux pays, il est difficile d’avoir accès aux services de diagnostic, en particulier en cas de tuberculose multirésistante à l'isionazide et la rifampicine, les médicaments les plus efficaces.

Encore trop de cas incurables


Ainsi, en 2012, près d’un demi-million de personnes a contracté une tuberculose multirésistante, mais seulement un cas sur quatre a été identifié. "Il est crucial de diagnostiquer plus tôt et plus rapidement toutes les formes de tuberculose, déclare à l'occasion de cette journée le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. On augmente ainsi les chances de prescrire le bon traitement et de guérir les patients, et on contribue à arrêter la propagation des formes résistantes aux médicaments". 

La situation commence cependant à évoluer, chiffres à l'appui. Un projet, notamment, est porteur d'espoir. Nommé EXPAND-TB, il vise à permettre un accès efficace et durable à l’utilisation de nouvelles techniques de diagnostic pour des résultats en à peine deux heures. Il est actuellement utilisé dans 27 pays à revenu faible ou intermédiaire, qui représentent à eux seuls 40 % de la morbidité mondiale imputable à la tuberculose. Et ses résultats sont plus que prometteurs.

"Nous sommes sur le bon chemin"

De 2009 à 2013, le nombre de cas de tuberculose multirésistante diagnostiqué dans les 27 pays a triplé et a atteint le chiffre de 36 000 pour 2013 seulement. En Inde, 90 % des cas de tuberculose-MR ont été décelés dans des services aidés par le projet. "Cela a permis de traiter davantage de patients avec des médicaments antituberculeux de qualité garantie. Grâce à cette demande, il a contribué à faire baisser d’un tiers le prix des médicaments. Fin 2013, le nombre d’établissements pleinement opérationnels était de 92", précise l'OMS.

"Le retard en matière d’accès au diagnostic et aux soins de la tuberculose est loin d’avoir été rattrapé, mais il est en train de se combler. Grâce à la dynamique de laboratoires modernes, nous sommes sur le bon chemin pour nous occuper enfin de la tuberculose multirésistante", explique le Dr Mario Raviglione, Directeur à l’OMS du Programme mondial de lutte antituberculeuse. Deux nouvelles molécules, efficaces mais chères, sont également en cours de test . Reste un autre combat, celui de trouver les fonds nécessaires pour généraliser ces tests de qualité et les rendre accessibles.

Plus d'articles