"UFC Que choisir" alerte sur la dangerosité de certains baumes à lèvres

Santé

ATTENTION DANGER - Le magazine "UFC Que choisir" tire, une nouvelle fois, la sonnette d'alarme. Cette fois, cela concerne l'un des produits les plus utilisés l'hiver : le baume à lèvres. Sur une vingtaine de produits testés, la moitié est dangereuse pour la santé.

Encore une étude qui fait froid dans le dos, prouvant que nous ferions bien de regarder à deux fois les compositions des baumes à lèvres qui traînent dans nos sacs. L'UFC Que choisir sort, dans son numéro d'octobre en kiosques en ce moment, un comparatif sur ce cosmétique très utilisé l'hiver. Ses tests labos sont sans appel : sur 21 produits testés, 10 renferment des "huiles minérales qui engendrent des composés toxiques en cas d'ingestion". Et ce ne sont pas forcément les plus grandes marques qui sont les moins exemptes de produits toxiques. 

La présence de substances cancérogènes reconnues

Ces sticks très pratiques en cas de lèvres asséchées par le froid peuvent être dangereuses. C'est ce que révèle cette étude. Bien souvent, ils renferment trois types de composants : les cires, pour la structure des baumes ; les émollients qui permettent aux sticks de ne pas casser et des ingrédients à base de vitamines A et E, ajoutés pour leurs vertus apaisantes et protectrices. Sauf que dans les cires et les émollients se cachent souvent des "huiles minérales" ou des "hydrocarbures de synthèse". 

Et c'est là que cela devient inquiétant, ces huiles minérales (les Mosh) peuvent engendrer des réactions inflammatoires, se retrouver dans les ganglions lymphatiques ou le foie. Elles peuvent aussi contenir des hydrocarbures d’huiles minérales aromatiques (les Moah) qui elles, sont concérogènes. La toxicité des Mosh et Moah n'est pourtant pas nouvelle : en 2012, l'Agence européenne de sécurité alimentaire avait rendu un avis sur le sujet et estimait "préoccupante, la présence des Mosh et Moah dans les produits alimentaires". Plus récemment, en mai dernier, elle a rappelé la nécessité de protéger les consommateurs de ces aliments. 

Un baume de chez Lidl à la composition "satisfaisante"

Dans cette étude, dix produits, parfois de marques prestigieuses, ont été directement déclassés. L’UFC Que Choisir explique : "Les Mosh mesurés ici et les Moah sont indésirables dans les baumes à lèvres du fait de leur toxicité quand ils sont ingérés. Nous avons donc déclassé tous les produits qui en contiennent avant même de tester leur efficacité", peut-on lire dans l'étude.  

Alors, quel baume acheter ? Hé bien le moins cher : il vous en coûtera 0.75 euros. Ce stick est celui de la marque Cien, chez Lidl, "le seul dont la composition s'avère satisfaisante et hydrate bien", peut-on lire. 

Lire aussi

Des perturbateurs endocriniens dans les baumes à lèvres

En février dernier, le magazine alertait déjà sur la présence de pertubateurs endocriniens (PE) dans les baumes à lèvres. Les PE sont des substances chimiques présentes dans de nombreux produits du quotidien qui perturbent le système hormonal et peuvent générer maladies et anomalies. 

En vidéo

Comment éviter les perturbateurs endocriniens ?

Dans la ligne de mire du magazine, "onze substances ou familles de substances indésirables préoccupantes". Parmi elles, des perturbateurs endocriniens comme le BHA et les butylparabens et propylparabens, ainsi que des allergènes comme la methylisothiazolinone (MIT). Du BHA avait par exemple été trouvé dans des baumes pour les lèvres ou une crème pour les pieds secs et abîmés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter