Il y a un an, le premier mort du coronavirus : retour sur la pandémie en 10 dates

Il y a un an, le premier mort du coronavirus : retour sur la pandémie en 10 dates

ANALYSE - L'année 2020 a été marquée par l'émergence fulgurante d'une nouvelle maladie. Du premier mort officiel en Chine, le 11 janvier 2020, aux espoirs apportés par les vaccins, un an plus tard, retour sur la pandémie de Covid-19.

La pandémie de coronavirus a révélé les fragilités des systèmes de santé de nombreux pays dans le monde, exacerbant au passage leur vulnérabilité économique. Retour sur cette maladie qui a marqué de son empreinte l'année 2020. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Apparition

Le 31 décembre 2019, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est informée d'inquiétants cas de pneumonie "de cause inconnue" dans la ville chinoise de Wuhan. Le 7 janvier 2020, la cause est identifiée : un nouveau virus de la famille des coronavirus. Quatre jours après, Pékin annonce le premier mort officiel de la maladie. Par la suite, elle sera officiellement baptisée Covid-19.

Wuhan s'isole du reste du monde

Le 23 janvier, Wuhan se confine pour contenir l'épidémie, se coupant de facto du reste du monde. Parallèlement, des pays commencent à rapatrier leurs ressortissants de Chine. Cette timide réaction ne permet néanmoins pas d'enrayer la progression de l'épidémie. Ainsi, le premier décès officiel hors d'Asie intervient le 15 février : un touriste chinois hospitalisé en France succombe à l'infection.

L'épidémie devient une pandémie

Le 6 mars, l'épidémie passe la barre des 100.000 cas officiellement recensés dans le monde. Premier pays européen touché, l'Italie impose un confinement total au nord, étendu ensuite à tout le territoire. Cinq jours plus tard, l'OMS qualifie le Covid-19 de pandémie amorçant le plongeon des marchés boursiers. Dans toutes les régions du globe, gouvernements et banques centrales annoncent des premières mesures massives de soutien à l'économie.

Confinement généralisé en Europe

Le 16 mars, l'Allemagne appelle sa population à "rester à la maison" et le Royaume-Uni à éviter tout "contact social". Dès lors, tout s'enchaine : la France est confinée à partir du 17 mars. De son côté, l'Union européenne annonce la fermeture de ses frontières extérieures.

Report des JO

Le 24 mars, les Jeux olympiques de Tokyo de juillet 2020 sont reportés à l'année suivante. Une rareté dans l'histoire de la compétition. Le lendemain, l'ONU avertit que la pandémie "menace l'humanité toute entière".

La moitié de l'humanité confinée

Des mesures de confinement sont prises partout dans le monde. Le 2 avril, plus de 3,9 milliards de personnes, soit la moitié de l'humanité, sont contraintes ou appelées à se confiner, selon un décompte de l'AFP. Parallèlement, la barre du million de cas recensés est franchie.

La polémique hydroxychloroquine

Promue par le médecin français Didier Raoult, soutenue par les présidents Bolsonaro et Trump, l'hydroxychloroquine est classée comme inefficace par une étude internationale retentissante. Publiée le 22 mai, elle est pourtant rapidement retirée en raison de doutes sur la fiabilité des données. Par la suite, plusieurs études concluront également à l'inefficacité de ce médicament utilisé à l'origine contre la malaria, engendrant la suspension de plusieurs essais cliniques. 

Flambée en Amérique latine

Le 7 juin, le Brésil devient le deuxième pays le plus endeuillé par le coronavirus derrière les Etats-Unis alors que la pandémie dépasse les 400.000 morts. Le président Jair Bolsonaro continue de minimiser la gravité de la maladie qu'il qualifie de "grippette". Lui-même sera infecté, comme Donald Trump, après le Premier ministre britannique Boris Johnson. Sur l'ensemble du continent, le coronavirus gagne du terrain très rapidement. 

Un million de morts

Le seuil du million de morts dans le monde est franchi le 28 septembre. Après un creux de plusieurs mois, les contaminations flambent de nouveau en Europe. De nombreux pays décrètent de strictes mesures sanitaires, allant parfois jusqu'au reconfinement. Le 5 janvier, Londres reconfine en urgence après l'émergence en Angleterre d'un variant plus contagieux. De l'autre côté de l'Atlantique, les États-Unis s'enfoncent dans la crise sanitaire : un nouveau pic de décès est franchi le 5 janvier 2021 avec 3930 morts en 24 heures, aggravant un bilan déjà bien noir (plus de 368.000 victimes au 9 janvier).

L'espoir des vaccins

Pour sortir de la spirale des décès, des hôpitaux débordés et des quotidiens bouleversés, l'espoir le plus sérieux réside dans les vaccins. En fin d'année 2020, les campagnes de vaccination démarrent au Royaume-Uni, Russie, Etats-Unis puis dans l'Union européenne alors que la Chine vaccine depuis juillet. Au 9 janvier 2021, au moins 22 millions de doses ont été administrées dans le monde.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : Véran confirme "des mesures supplémentaires" si le virus continue sa progression

Cluster en Haute-Savoie : que faisait le groupe d'étudiants britanniques dans cette station de ski ?

EN DIRECT - Covid-19 : "Les variants changent complètement la donne depuis trois semaines", affirme Jean-François Delfraissy

En cas de reconfinement, Blanquer aspire à garder les écoles ouvertes

Covid-19 : l'Espagne n'a plus les moyens de reconfiner

Lire et commenter