Un implant restaure la vision de malvoyants

Santé
DirectLCI
SCIENCES - La société Pixium Vision fondée par deux médecins français est à l'origine d'une prothèse rétinienne qui permet aux personnes ayant perdu la vue des suites d'une maladie oculaire de percevoir à nouveau les objets qui les entourent.

"Redonner la vision à ceux qui l'ont perdu", voilà l'objectif de la prothèse Iris (Intelligent Retinal Implant System). Son fabricant, la société française Pixium Vision vient d'annoncer des résultats très prometteurs après des essais cliniques menés depuis juin 2013 sur cinq patients. Cette rétine artificielle est destinée aux personnes souffrant de malades ophtalmiques comme la rétinite pigmentaire (dégénérescence de la rétine due à des mutations de gènes) ou la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Ces dernières ont toutes un point commun fondamental : elles affectent la rétine en s’attaquant aux photorécepteurs, les neurones sensoriels sensibles à la lumière. Leur défaillance va conduire progressivement à une malvoyance voire à la cécité alors que le nerf optique est toujours fonctionnel. Le dispositif, implanté avec une chirurgie, substitue la fonction des photorécepteurs défaillant en stimulant électriquement le nerf optique grâce à une cinquantaine d'électrodes positionnés sur la rétine.

Une commercialisation probable en 2015

Outre l'implant, deux autres dispositifs sont nécessaires : une paire de lunettes équipée d’une mini-caméra qui capte les événements et génère des données visuelles, et un transmetteur sans fil sous la forme d’un ordinateur de poche qui va traiter ces données et les transformer en signaux électriques transmis aux électrodes. "Ça a été sensationnel. Juste avant, j'avais peur de ne pas voir. Et puis, le flash est venu, c'était une grande émotion", explique dans une interview à France Inter Barbara, l'une des patientes.

La vision des personnes en bénéficiant ne sera jamais aussi précise qu'avant, mais il leur sera possible de reconnaître des visages et de retrouver une autonomie : sortir dans la rue, lire, faire des achats, reconnaître ses proches. Les résultats définitifs de l'essai clinique sont attendus en 2014 et s'il continue à faire ses preuves, Pixium Vision pourrait obtenir le marquage CE l'année prochaine. La société prépare actuellement son introduction en bourse pour lui permettre de réunir les fonds nécessaires au lancement commercial.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter