Un nouveau traitement pour combattre les épidémies de rougeole

Un nouveau traitement pour combattre les épidémies de rougeole

DirectLCI
MEDECINE - Un antivirus expérimental testé sur des animaux s'est avéré très efficace contre un virus proche de celui de la rougeole. Si les autres essais cliniques font leur preuve, ce traitement pourrait à l'avenir contribuer avec la vaccination à l'élimination de cette infection responsable de dizaines de milliers de morts par an.

Un médicament pour être protégé à vie de la rougeole, et empêcher ainsi la transmission du virus. Voilà ce qu'espèrent avoir mis au point des chercheurs de l'Institut de sciences biomédicales de l'Université de l'Etat de Géorgie (sud-est). Avec leurs collègues du Paul-Ehrlich Institute en Allemagne, ils ont élaboré un antivirus expérimental qui vient de faire ses preuves sur des animaux. A terme, cela pourrait contribuer, avec la vaccination , à l'éradication totale de cette infection.

La rougeole est une maladie virale grave et extrêmement contagieuse qui se développe dans les cellules bordant le pharynx et les poumons. "En 1980, avant que la vaccination ne se généralise, on estimait à 2,6 millions par an le nombre de décès", explique l'OMS. Aujourd'hui encore, elle reste l'une des causes importantes de décès du jeune enfant, notamment en Afrique et en Asie. Car malgré des progrès majeurs pour la contenir, elle entraîne chaque année 150 000 décès depuis 2007.

"Il peut sauver un sujet infecté"


En outre, on observe une résurgence du virus responsable de cette infection, le morbillivirus, dans des pays européens où la maladie était considérée comme contenue. Un phénomène dû à un taux de vaccination insuffisant. Les chercheurs ont mis au point un antivirus appelé ERDRP-0519 et capable de bloquer la multiplication d'un virus apparenté à celui de la rougeole chez les rongeurs et les chiens, le virus de la maladie de Carré. Pendant plusieurs semaines le traitement a été administré oralement à des furets infectés.

Les résultats publiés montrent que non seulement ces animaux ont guéri de l'infection qui, d'ordinaire, leur est souvent fatale mais ils ont en plus développé une forte immunité au virus. "L'émergence d'une puissante immunité antivirale chez ces furets est particulièrement encourageante et suggère que ce traitement peut sauver un sujet infecté mais aussi contribuer à combler les carences immunitaires dans une population donnée", explique le Dr Plemper, principal auteur de l'étude.

Pas une alternative au vaccin

Des essais doivent encore être menés sur des humains d'ici quelques années, mais les chercheurs estiment déjà que le traitement servirait par exemple à traiter des proches d'une personne infectée ne présentant pas encore de symptômes. Ce médicament, qui a l'avantage d'être produit à moindre coût et stocké facilement, pourrait ainsi doper les efforts d'éradication de la rougeole, en permettant d'arrêter plus rapidement la propagation du virus lors d'épidémies locales.

Mais les chercheurs sont formels : il ne s'agit pas d'une alternative au vaccin. "Il s'agit d'une arme complémentaire dans les efforts pour éliminer la rougeole", insiste le Dr Plemper. La prochaine étape dans cette recherche consistera à tester cette nouvelle molécule, cette fois contre le virus de la rougeole et chez des singes. Les virologues espèrent néanmoins que le virus ne développera pas de résistance à cet antiviral, comme c'est le cas pour les autres traitements curatifs.
 

Plus d'articles

Sur le même sujet