Un simple comprimé d’aspirine pour faire barrage au cancer du pancréas ?

Un simple comprimé d’aspirine pour faire barrage au cancer du pancréas ?

PRÉVENTION – Une nouvelle étude américaine réaffirme les bienfaits de l’anti-inflammatoire. Un comprimé quotidien permettrait ainsi de diviser par deux les risques d’un cancer du pancréas, une maladie insidieuse souvent diagnostiquée trop tard.

L’aspirine serait-elle devenue l’arme anti-cancer par excellence ? De nombreuses études scientifiques ont déjà prouvé ses bienfaits protecteurs contre le risque de développer un cancer du côlon. Maintenant, c’est au tour d’une méta-analyse américaine de dévoiler les pouvoirs de l’anti-inflammatoire contre une autre forme de cancer, tout aussi redoutable : celui du pancréas. 

Le chanteur Billy Paul, le fondateur d’Apple, Steeve Jobs… de nombreuses personnalités ont succombé à la maladie. Cette forme de cancer emporte chaque année près de 300.000 personnes dans le monde. Sournoise, elle est très longtemps silencieuse. Et lorsque les symptômes se manifestent, il est bien souvent trop tard pour la soigner. "Trois quarts des patients décèdent au cours de l’année qui suit le diagnostic", affirme l’INSERM.

Lire aussi

Pour mener à bien leurs travaux, les scientifiques ont passé au crible 18 études. Toutes portaient sur l’aspirine et le cancer. Après avoir découvert "une incidence probable", les chercheurs de l’Ecole de médecine de Yale (Etats-Unis) ont choisi de mener leur propre étude sur un panel de patients pris en charge dans des hôpitaux de Shanghai. Les participants ont ainsi été divisés en deux groupes : le premier était composé de 761 personnes ayant un cancer, le second de 794 autres qui n’en avaient pas. Toutes ont rempli un questionnaire sur l’utilisation qu’ils faisaient de l’aspirine. 

Lire aussi

Après élimination des facteurs de confusion, "nous avons constaté que la prise régulière d’aspirine dans une population à risque réduisait le risque d’un cancer du pancréas de moitié", affirme ainsi le Pr Harvey Risch, un co-auteur de l’étude. Dans leurs travaux publiés dans la revue American association for cancer research, ils estiment ainsi que le risque a été réduit de 46%.

Malgré cette étude, quelques précautions s’imposent. L’automédication comporte toujours des risques. Ainsi, la prise d’un médicament doit toujours être encadrée par un médecin. L’aspirine, par exemple, est déconseillée aux femmes enceintes à partir du 5ème mois révolu et pendant l’allaitement. Parce qu’elle fluidifie le sang, l’aspirine peut avoir d’autres effets secondaires. 

En vidéo

Le cancer pourrait tuer 5,5 millions de femmes par an en 2030

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : des vols spéciaux pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

Covid-19 : pourquoi l'OMS a-t-elle nommé le nouveau variant "Omicron" ?

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour va officialiser sa candidature mardi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.