"Un taux de transmission de 0,6 en confinement, c'est très élevé" : la propagation du coronavirus est-elle repartie à la hausse ?

"Un taux de transmission de 0,6 en confinement, c'est très élevé" : la propagation du coronavirus est-elle repartie à la hausse ?
Santé

INTERVIEW - À semaine du début du déconfinement, Olivier Véran a annoncé que le taux de transmission R0 du coronavirus était passé de 0,5 à 0,6. Qu'est-ce que cela signifie ? Pourquoi est-il en hausse alors que la France est toujours en confinement ? Un chercheur du CNRS nous éclaire.

Alors que la date du 11 mai approche, et avec elle le début du déconfinement progressif, le ministre de la Santé a alerté ces derniers jours sur une reprise de la propagation de l'épidémie de coronavirus. "Le fameux R0, le facteur de reproduction du virus, qui était descendu à 0,5, est aujourd'hui remonté à 0,6", a indiqué samedi 2 mai au Parisien Olivier Véran.

Ce facteur est particulièrement observé pour analyser la propagation de l'épidémie. Il indique le nombre de personnes qu'un malade contamine en moyenne, et doit rester bas pour que le déconfinement soit réussi, et n'entraîne pas une deuxième vague épidémique, largement crainte par le monde médical. Avant le confinement, le taux de transmission R0 était estimé "entre 2,5 et 5".

Que signifie cette augmentation de 0,1 ? Alors que la France est toujours en phase de confinement, comment cet indicateur a-t-il pu repartir à la hausse ? Comment faire de nouveau baisser ce taux ? Devons-nous craindre une explosion du R0 après le 11 mai ? Étienne Decroly, directeur de recherche au CNRS, répond à LCI.

LCI : Que signifie l'augmentation du facteur R0 de 0,5 à 0,6 ?

Étienne Decroly : Cela signifie qu'il y a quelques jours, un malade contaminait en moyenne 0,5 personne. Maintenant, c'est 0,6. Toutefois, cela ne veut pas dire que l'épidémie progresse. Tant que le R0 est en dessous du point de pivot (1), l'épidémie s'atténue. Lorsqu'il dépasse 1, l'épidémie progresse. La difficulté du déconfinement consiste à conserver un R0 en dessous de 1.

En vidéo

Circulation, immunité, mortalité : ce que l'on sait de l'évolution de l'épidémie en France

De quoi l'évolution du R0 dépend-elle ?

C'est un indicateur qui dépend de plusieurs facteurs, dont le nombre de personnes avec qui nous sommes en contact et surtout des mesures barrières comme le port du masque. De plus, comme le R0 est calculé à partir des courbes de progression de l'épidémie, il peut "mécaniquement" augmenter si nous détectons mieux. En effet, lorsque nous comparons le R0 dans le temps, il faut être certain d'avoir un niveau de détection équivalent. Aujourd'hui, je n'ai pas d'indications sur le fait que nos capacités de détection soient meilleures.

Il faut porter un masque dès que nous ne sommes pas seuls, même au bureau ou dans les réunions- Etienne Decroly, directeur de recherche au CNRS

Comment expliquez-vous l'augmentation de 0,5 à 0,6, alors que la France est toujours en confinement ?

Regardez le monde dans les rues ce week-end, et le nombre de personnes sans masques... Plus nous avons de contacts, plus nous avons de risques de contaminer ou d'être infecté. Un taux de transmission de 0,6 en confinement, c'est très élevé ! Nous pourrions nous attendre à ce qu'il soit égal à 0,2 ou 0,3. Dans ces conditions, le déconfinement ferait augmenter le facteur à 0,8 ou 0,9, et l'épidémie continuerait de diminuer. Or, nous sommes déjà à 0,6. Demain, si nous avons deux fois plus de contacts sociaux, on sera à 1,2 : l'épidémie progressera.

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Que faut-il faire pour limiter l'augmentation du R0 après le 11 mai ?

Il faut être extrêmement sérieux dans le déconfinement, avec notamment l'imposition du masque, si possible FFP2. Les masques chirurgicaux ont en effet peu d'impact sur la transmission, ils ne fonctionnent que si tout le monde en met. Mais dès lors que nous ne sommes pas seuls, il faut porter un masque, même au bureau ou dans les réunions. Si la population n'en porte pas, l'épidémie risque de reprendre.

Le deuxième point, c'est la détection et l'isolement. Si vous détectez un malade et que vous le renvoyez dans sa famille, tous ses proches seront contaminés dans la semaine qui suit. Et cela aura un effet mécanique sur le taux de transmission R0.

Sans ces deux éléments, le nombre de contaminations va-t-il exploser après le 11 mai ?

Il ne va pas forcément exploser, mais il va augmenter. Renvoyer les enfants dans les écoles et les salariés au travail implique forcément une hausse du taux de transmission R0.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent