Un test sanguin pour écarter les risques d'infarctus

Santé

INNOVATION – Des chercheurs écossais ont mis au point un test sanguin pour écarter tout risque d'infarctus chez un patient qui se présenterait aux urgences avec des douleurs thoraciques. Une façon de prodiguer des soins plus ciblés.

Les services d'urgences pourraient tirer de larges bénéfices de cette invention. En effet, chaque jour de nombreuses personnes se présentent à l'hôpital avec des douleurs thoraciques pensant être victimes d'un infarctus.

Toutefois il n'est pas toujours aisé de poser un diagnostic clair sur ces symptômes et bien souvent, de nombreuses personnes avec un risque très faible d'infarctus ne peuvent pas être renvoyées chez elles tout simplement parce que le risque ne peut être formellement écarté.

Il n'y avait rien pour évaluer rapidement les douleurs thoraciques

"Jusqu'à présent, il n'y avait aucun moyen rapide d'écarter un infarctus dans les services d'urgences" explique le Docteur Anoop Shah, de l'Université d'Edimbourg, l'un des auteurs de l'étude publiée dans la revue The Lancet.

EN SAVOIR + >>  3 conseils santé pour diminuer le risque de crise cardiaque chez la femme

Pour identifier les personnes présentant des risques très faibles, les chercheurs ont mis en place un nouveau test ultrasensible pour mesurer la troponine chez 6000 patients admis dans des hôpitaux écossais et américains et se plaignant de douleurs thoraciques. Une élévation du niveau de troponine peut indiquer la survenue d'un infarctus du myocarde.

Valeur prédictive négative de 99,6 %

Ce nouveau test sanguin est réalisé au cours de la 4e heure suivant l'apparition des symptômes et renouvelée deux fois, respectivement à la 8e et 12e heure. Si les patients présentent un taux de troponine inférieur à 5 ng/L (nanogramme par litre) assez rapidement après leur arrivée aux urgences, ils courent très peu de risques dans les 30 jours suivants.

Un taux inférieur à ce chiffre a, selon les chercheurs, permis d'identifier près des deux tiers des patients "à très faible risque et qui auraient pu sortir rapidement de l'hôpital en toute sécurité" avec une "valeur prédictive négative" (probabilité de ne pas souffrir d'une maladie en cas de test négatif) de 99,6 %.

À LIRE AUSSI
>> Les infarctus sont moins bien diagnostiqués chez les femmes
>> Une étude fait le lien entre stress au travail et infarctus

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter