Un tiers des Covid longs ne sont toujours pas retournés au travail, six mois après leur infection

Un tiers des Covid longs ne sont toujours pas retournés au travail, six mois après leur infection

ÉPIDÉMIE - Un tiers des malades faisant état de symptômes persistants six mois après leur hospitalisation pour Covid n'est pas retourné travailler, selon une étude de l'Inserm.

Ce ne sont pas les exemples de la persistance des symptômes chez les patients souffrant d'un covid long qui manquent. Avec des conséquences bien sûr médicales, mais aussi sur le plan social et économique. Nouvel exemple avec cette étude de l'Inserm publie ce lundi dans la revue Clinical Microbiology and Infection, qui indique que, six mois après leur infection, un tiers des malades présentant toujours des symptômes du Covid ne sont pas retournés travailler.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Sensation importante de fatigue, gêne respiratoire, douleurs musculaires ou articulaires figurent parmi les manifestations cliniques les plus fréquemment rapportées par ces patients lors des visites de suivi à trois et six mois après l'hospitalisation pour Covid-19. Ainsi, sur la cohorte de 1137 patients constituée par une équipe de l’Inserm pour suivre les malades du Covid après leur hospitalisation, 60% des malades présentent toujours ces symptômes. Un quart souffrent de "trois symptômes ou plus" et une dizaine de malades (2% du groupe) ont même "dû être hospitalisés à nouveau", souligne l'étude.

Les femmes plus touchées que les hommes

L’équipe de scientifiques a également observé "une corrélation entre la sévérité initiale de la maladie et la persistance à long terme de symptômes". La persistance d'au moins trois symptômes six mois après l'infection "est plus fréquente chez les personnes dont la maladie Covid-19 a nécessité un séjour en réanimation par rapport à ceux qui ont été hospitalisés dans un service de médecine, et chez les patients les plus symptomatiques le jour de l'admission à l'hôpital". Autre fait notable, l’étude montre que "si les hommes sont plus à risque de faire des formes graves, les femmes semblent plus à risque de souffrir de symptômes persistants dans la durée"

Lire aussi

Vers une reconnaissance comme maladie professionnelle ?

Le phénomène est mondial mais les mécanismes en jeu derrière ces formes de "Covid long" sont encore mal connus du point de vue scientifique. L'exécutif devrait néanmoins se pencher dans les prochaines semaines sur la question de la prise en charge de ces patients, dont beaucoup se considèrent comme les grands oubliés de la pandémie. L’Assemblée nationale a voté à l’unanimité le 17 février une résolution visant à reconnaître les complications à long terme du Covid-19. 

En vidéo

Un malade du Covid long en larme face à Emmanuel Macron,

Pour l'heure, la reconnaissance automatique en tant que maladie professionnelle a été accordée aux soignants avec des séquelles respiratoires. Un dispositif jugé trop restrictif par de nombreux élus. Le secrétaire d'État aux Retraites et à la Santé au travail, Laurent Pietraszewski, avait indiqué aux députés en février dernier que le gouvernement était "prêt à examiner l'évolution de son dispositif", soulignant que le nombre de patients concernés pourrait atteindre "plusieurs centaines de milliers" en France. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation franchit la barre des 2000

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

VIDÉO - Chèque énergie exceptionnel : voici quand vous allez recevoir les 100 euros d'aide

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.