Un virus proche de la polio sévit en Californie

Un virus proche de la polio sévit en Californie

DirectLCI
ETATS-UNIS - Une maladie infectieuse rare et incurable, ressemblant à la polio, est apparue en Californie où elle affecte un petit nombre d'enfants, ont annoncé des chercheurs de l'Université de Stanford.

Quasiment éradiquée à travers le monde , la polio aurait-elle un digne successeur tout aussi virulent ? C'est ce que porte à croire le cas de cinq jeunes enfants originaires de Californie, aux Etats-Unis, dont les cas de paralysies soudaines ont été présentés dimanche lors d'un congrès de l'Académie américaine de neurologie à Philadelphie. "Bien que le virus de la polio ait été pratiquement éradiqué dans le monde, d'autres virus peuvent affecter la moëlle épinière, faisant apparaître un syndrome proche de celui de la polio", a déclaré le neurologue de Stanford, Keith Van Haren, principal auteur de cette étude de cas.

L’entérovirus-68, responsable de ce syndrome proche de la polio, aurait même été identifié chez une vingtaine de cas à travers le monde ces 18 derniers mois, notamment en Asie et en Australie. "Au cours de la dernière décennie, le lien a été fait entre de nouvelles formes d'entérovirus et l'apparition de ce syndrome semblable à la polio chez des enfants en Asie et en Australie", a expliqué le chercheur. "Ces cinq nouveaux cas mettent en lumière la possibilité de l'émergence d'un syndrome semblable à celui de la polio en Californie", a-t-il dit.

Un "syndrome très, très rare"

Les cinq cas californiens avaient bien été vaccinés contre la poliomyélite, souligne le rapport, qui précise par ailleurs qu'aucun d'entre eux n'a été testé positif à la polio. Mais quarante-huit heures après le déclenchement de la maladie, ces enfants ont tous été frappés de paralysie soudaine et de symptômes apparentés à ceux de la maladie. Six mois après un traitement qui leur a été administré, aucun n'a montré une amélioration significative, les membres touchés étant toujours partiellement ou totalement paralysés.

"Nous tenons à souligner que l'apparition de ce syndrome reste très, très rare", a insisté Keith Van Haren, même si les chercheurs pensent que d'autres cas pourraient se manifester. Ils invitent donc les parents à contacter leurs médecins au plus vite si un enfant présente des signes de paralysie. D'autant qu'il n'existe ni vaccin ni traitement efficace à l'heure actuelle pour soigner cette infection.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter