Une Britannique hospitalisée à cause d’une cure "détox" : comment la faire en toute sécurité ?

Santé

NUTRITION – Après les longs et copieux repas de fin d’année, les régimes "détox" ont la cote. Mais les préparations à base de plantes censées détoxifier l’organisme ne sont pas sans danger. Une Britannique de 47 ans, a priori en bonne santé, en a fait l’amère expérience. Un diététicien-nutritionniste explique à LCI comment s’y prendre.

Après les fêtes de fin d’année, les cures "détox" reviennent en force. Et pour cause, elles promettent d’aider l’organisme à nettoyer les toxines accumulées pour lui faire retrouver tonus et vitalité. Tout pour démarrer l’année du bon pied, donc. Mais au-delà de son aspect très vendeur, sans preuve scientifique à l’appui d’ailleurs, le régime "détoxification" peut se révéler très... toxique justement. 

Les faits

Peu de temps après le nouvel An, une Britannique a dû être hospitalisée d’urgence, explique un article paru dans la revue spécialisée British Medical Journal. La raison : un régime détox à base de plantes diverses et variées comme la sauge, la verveine ou le chardon marie. Comportement confus et répétitif, grincement de dents… elle a fini par s’effondrer, en pleine crise de convulsions. Les médecins de l’hôpital universitaire de Milton Keynes de Londres lui ont finalement diagnostiqué une hyponatrémie sévère. Autrement dit, un taux de sodium trop bas dans le sang.

En cherchant dans la littérature médicale, les médecins sont parvenus à trouver la coupable : la valériane. Cette plante est notamment utilisée en phytothérapie pour faciliter l’endormissement. Mais prise à haute dose, elle peut avoir des effets secondaires. De quoi nous rappeler  que les plantes ne sont jamais des remèdes anodins. 

Comment faire une cure "détox" ?

Soyons clairs, l’organisme n’a pas besoin d’une cure spécifique pour se purifier. Le foie, les reins et les intestins font le travail seuls. Cependant, "adapter un certain régime après les fêtes peut les aider", explique le diététicien-nutritionniste, Maxime Mességué. Un petit coup de pouce, qui devrait également renforcer le système immunitaire. 

Mais pour le spécialiste de la nutrition, il ne faut pas dépasser plus de deux jours par semaine sous peine d’obtenir l’effet inverse. "Lorsqu’il  est privé, l’organisme se fatigue beaucoup plus vite", précise-t-il. En revanche, la cure "détox" peut être suivie plusieurs fois dans l’année. 

Les conseils de Maxime Mességué :

-Bouillons, tisanes… l’eau est à l’honneur. "Boire beaucoup aide les organes comme le foie ou les reins à éliminer les toxines", précise le diététicien.  En revanche les boissons qui rendront la digestion plus difficile comme le café ou l’alcool sont à limiter. Et si vous êtes amateurs de boissons à base de plantes médicinales, renseignez-vous au préalable sur les quantités indiquées et les contre-indications. Chez votre pharmacien par exemple. 

-Côté alimentation, il faut faire simple. "Les légumes et les fruits, crus ou cuits, sont autorisés, ainsi que la viande blanche mais en petite quantité", ajoute Maxime Mésségué. Pour faire simple, tous les aliments transformés et riches en graisses sont à bannir. De même pour le sel. "L’ail, L’échalote ou le curcuma peuvent être de bonnes alternatives pour relever les plats", conseille-t-il.  

Les plus intéressants : le fenouil, l’artichaut, le chou, la betterave. Pour les fruits, misez sur la grenade, les agrumes ou les pommes bio de préférence. Cela sera l’occasion de faire une "détox" de pesticides par la même occasion. 

Maxime Mességué nous a livré mardi dernier, lors d'un Facebook Live, une recette simple à réaliser :

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter