Une de Charlie Hebdo : le pardon est-il thérapeutique ?

Une de Charlie Hebdo : le pardon est-il thérapeutique ?

Santé
DirectLCI
#JESUISCHARLIE – En couverture du numéro des survivants de l'équipe de Charlie Hebdo : Mahomet qui pleure, porte une pancarte "Je suis Charlie" et, au-dessus, les mots "Tout est pardonné". Sauf que le pardon n'a pas forcément d'efficacité psychique.

"Cette une est toute empreinte d'amour. Elle parle de réconciliation et de pardon." Ce sont les termes de Besse, dessinatrice de Charlie Hebdo. Le numéro sorti ce mercredi 14 janvier est en effet orné des mots "Tout est pardonné" au-dessus de Mahomet pleurant et tenant une pancarte sobre "Je suis Charlie". Un pardon qui n'implique pas seulement les dessinateurs mais aussi tous ceux qui ont été choqués par les attentats, notamment les millions de personnes qui ont défilé en France dimanche 11 janvier et d'acheteurs en kiosque .

EN SAVOIR + >> Que contient le numéro de Charlie Hebdo du 14 janvier ?

Sauf qu'"accorder le pardon à quelqu'un qui ne l'a pas demandé n'est en rien efficace psychiquement", souligne auprès de metronews Hélène Romano, spécialisée en psychotraumatisme. Certes, "quand l'auteur des faits demande pardon, que la victime se laisse la possibilité de pardonner, cela inverse le pouvoir, puisqu'il attend et même dépend de la décision de la victime", poursuit-elle. Là, l'effet est "apaisant parce qu'est restaurée l'humanité du coupable, qui reconnaît sa responsabilité et la gravité de ce qu'il a fait". Encore faut-il que la demande de pardon soit "authentique".

Pardon à sens unique

Mais, dans le cas de ces attentats terroristes qui ont coûté la vie à dix-sept personnes, ni les frères Kouachi ni Amedy Coulibaly n'ont exprimé de culpabilité ou d'empathie. "Le pardon est alors à sens unique sans vertu thérapeutique", appuie Hélène Romano. Ce n'est pas pour rien que le journaliste à Charlie Hebdo Laurent Léger parle d'" un pardon, qui évidemment a peu de chances de se produire ".

La spécialiste du psychotraumatisme n'en estime pas moins que cette une peut être cathartique pour l'équipe de Charlie : "C'est leur façon de dire qu'ils s'autorisent à continuer à être Charlie, qu'ils ne sont pas abattus ni envahis par le négatif et qu'ils se protègent de leur propre ressenti violent, inévitable." Reste à savoir si le message est bien celui que les rescapés adressent aux terroristes et islamistes, ou si ce n'est pas celui du prophète aux dessinateurs satiriques qui persistent à le représenter. Luz lui-même, auteur de cette une, ne souhaite pas apporter d'éclairage aux lecteurs : "C'est un message de Charlie. Démerdez-vous avec."

EN SAVOIR + >> L'équipe décimée de Charlie Hebdo présente le numéro des "résistants"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter