Une épidémie de rougeole semble liée à la Foire du jambon à Bayonne

Santé
DirectLCI
ÉPIDÉMIE - Une cinquantaine de cas de rougeole ont été déclarés ces dernières semaines en Nouvelle-Aquitaine. Ils pourraient être liés à la Foire du jambon à Bayonne. Pour l'Agence régionale de Santé (ARS), encore trop peu de Français sont vaccinés par cette maladie très contagieuse qui peut être grave.

Ils ont presque tous participé à la Foire au jambon à Bayonne (Pyrénées Atlantiques), entre le 18 et le 21 avril. C'est le point commun de la cinquantaine de personnes, âgés de 18 à 39 ans, qui ont contracté la rougeole ces dernières semaines en Nouvelle-Aquitaine. Une maladie très contagieuse et qui peut être grave pour les personnes vulnérables. 


Alertée dès la semaine dernière par les premier cas, l'Agence régionale de santé (ARS) n'a constaté "aucune situation grave". En tout, une dizaine de personnes ont été hospitalisées, principalement à titre préventif ou en fonction des symptômes. 

Des personnes "pas vaccinées ou mal vaccinées"

Hautement contagieuse, la rougeole se transmet très facilement par contact direct ou à travers l'air expiré. Un lieu bondé comme la Foire au jambon a dès lors été un terrain propice à cette contamination, a expliqué l'ARS. Sans parler de la promiscuité des gourmets. 


Les personnes diagnostiquées n'étaient "pas vaccinées ou mal vaccinées" en grande majorité, a précisé l'ARS. L'organisme a par ailleurs insisté sur l'importance du vaccin contre la rougeole, efficace dans 85% à 95% des cas. 


Essentiellement originaires des Pyrénées-Atlantiques, mais aussi d'autres départements aquitains (Landes, Corrèze, Haute-Vienne), les malades recensés sont suivis de près par les médecins. Avec l'aide de l'ARS, ces derniers assurent le suivi et l'information des entourages familial, professionnel ou scolaire des patients, à la recherche d'éventuelles personnes fragiles qui pourraient contracter la maladie. 

Une seconde vague de contaminations attendue

Si l'ARS attend à ce que le nombre de cas liés à la Foire "se calme", une "vague secondaire" de personnes contaminées par les premiers patients pourrait survenir dans les jours à venir. Un laps de temps qui correspond à la période d'incubation de 7 à 18 jours du virus.  "La découverte de nouveaux cas, l'émergence de cas secondaires, mais aussi l'exportation de cas vers d'autres régions sont à craindre", prévient Santé Publique France dans un point datant du 9 mai.


Depuis le 1er janvier 2019, 953 cas de rougeole ont été déclarés dans 76 départements (contre 2186 cas sur la même période en 2018, indique le bulletin sur la situation épidémiologique de SPF


L'ARS se félicite d'une amélioration sur le front de la rougeole. Le virus était devenu urgent à endiguer après une recrudescence fin 2017, liée à une baisse de la couverture vaccinale. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter