Une femme amputée des quatre membres après une IVG

Une femme amputée des quatre membres après une IVG
Santé

DRAME – La mère de famille, qui avait ressenti de vives douleurs après l'opération, n'a été traitée que deux jours plus tard. Elle attend maintenant le résultat d'expertises menées par la justice.

C'est un véritable drame que vivent depuis trois ans une mère et sa famille. Après une IVG qui a mal tourné, elle a été contrainte de se voir amputée de ses bras et ses jambes, révèle le quotidien régional Sud Ouest .

L'affaire se déroule en 2011. Peu de temps après la naissance de son troisième enfant, Priscilla Dray, une Bordelaise âgée de 36 ans, tombe de nouveau enceinte. Plutôt que d'accoucher d'un quatrième enfant, elle décide d'avorter. Mais au lendemain de l'opération, qui s'était pourtant bien déroulée, la mère de famille commence à ressentir une forte fièvre ainsi que des douleurs dans les membres. Elle retourne alors à la maternité où, après quelques prélèvements, l'interne la renvoie à son domicile.

Une septicémie diagnostiquée deux jours après

C'est donc deux jours après l'avortement que les tests révèlent que la femme est atteinte d'une septicémie, une infection du sang pouvant entraîner une nécrose des tissus du corps humain. Le médecin de garde ordonne son retour à la maternité et un traitement antibiotique massif pour lutter contre la maladie. Trop tard : la maladie s'est propagée trop loin, et la mère de famille devra finalement être amputée des quatre membres.

Trois ans après, Priscilla Dray ne voit toujours pas la fin de son calvaire. Selon elle, c'est la maternité, qui n'a pas prescrit suffisamment tôt les antibiotiques, qui est responsable de sa situation actuelle. Mais les expertises ordonnées par le tribunal de grande instance de Bordeaux n'ont pas encore abouti. La direction de l'hôpital, de son côté, se refuse pour l'instant à tout commentaire.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent