Une grossesse après 33 ans permettrait de vivre plus longtemps

Une grossesse après 33 ans permettrait de vivre plus longtemps

LONGÉVITÉ - Alors que les médecins mettent en garde contre les grossesses très tardives, une étude américaine affirme que celles qui ont lieu après 33 ans permettent aux femmes d’espérer vivre jusqu’à 95 ans.

Les femmes ayant eu une grossesse après leur 33e anniversaire seraient nombreuses à atteindre -  voire à dépasser - le grand âge de 95 ans. C’est ce qu’indique la revue américaine Menopause, qui rapporte les résultats d'une étude scientifique publiée en décembre 2016. Une aubaine que ces femmes doivent aux télomères, ces espaces situés à l’extrémité de chaque chromosome et dont le rôle est de protéger de la détérioration la séquence d’ADN qu’ils contiennent. 

Alors que la longueur de ces télomères diminue naturellement avec l’âge et qu’ils jouent un rôle dans la longévité de leur propriétaire, une grossesse menée après 33 ans pourrait leur permettre de garder une longueur optimale. Un phénomène qui leur permettrait donc d’obtenir deux à trois fois plus de chance d’atteindre l’âge de 95 ans ou plus, contrairement à celles qui ont eu leur dernier enfant avant leur 29e anniversaire. Ce constat, déjà établi par une étude menée par The Long Life Family Study, a été cette fois à nouveau démontré par des chercheurs de l’Université de Columbia, qui ont analysé le profil génétique des 387 femmes de plus de 70 ans et ayant eu au moins un enfant qui ont participé à l’étude. 

Lire aussi

Les facteurs sont multiples

Mais attention, la longueur et la longévité des télomères est liée à de multiples facteurs, qu’il est important de prendre en compte outre l’âge de la dernière grossesse,  rappellent les chercheurs. Ainsi, une tendance au stress ou une mauvaise hygiène de vie (alimentation, alcool ou tabac, sédentarité…) peuvent aussi avoir un impact sur leur constitution.  

Des données très actuelles

De tels résultats rassureront sûrement les femmes qui choisissent de faire des enfants sur le tard sur leurs chances de pouvoir profiter de leur progéniture pendant de longues décennies. Elles sont d’ailleurs nombreuses à être concernées, alors que l’Institut National d’Etudes Démographiques a observé qu’en 2015, l’âge moyen de la première naissance avait passé la barre des 30 ans et qu'un nouveau-né sur 20 a une mère âgée de plus de 40 ans. 

Lire aussi

En vidéo

Femmes enceintes, ce qu’il faut et ne faut pas manger

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : des vols spéciaux pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

EN DIRECT - Candidature d'Éric Zemmour : le polémiste sera l'invité du 20h de TF1 mardi

Covid-19 : une étude confirme l'efficacité du rappel vaccinal pour contenir les hospitalisations de la 5e vague

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.