Va-t-on dire au revoir au stéthoscope ?

Va-t-on dire au revoir au stéthoscope ?

DirectLCI
MEDECINE - Dans un récent éditorial, des médecins émettent la possibilité plus que probable de remplacer les bons vieux stéthoscopes par des appareils beaucoup plus perfectionnés : des échographes portables utilisant des ultrasons.

Les légendaires stéthoscopes vivent-ils leur dernière heure ? Il semblerait que oui si l'on en croit l'article de deux médecins américains. Dans un éditorial récemment paru  dans la revue Global Heart , ces professionnels relaient déjà cet instrument aux vestiges du passé. Pour eux, il n'y a pas de doute, il ne fait plus le poids face aux avancées technologiques qui se démocratisent de plus en plus dans les hôpitaux. Ce symbole du métier a pourtant bien vécu, puisque cela fait presque 200 ans qu'il a été inventé.

Ce dispositif médical serait bientôt délaissé au profit d'échographes portables, capable d'observer le fonctionnent du cœur, des poumons et d'autres parties du corps avec beaucoup plus de précision. "Au moment d'écrire ces lignes, plusieurs fabricants proposent déjà des machines à ultrasons portatives légèrement plus grandes qu'un jeu de cartes, avec une technologie permettant d’avoir des images directement sur les smartphones modernes", soulignent les deux auteurs.

Des obstacles économiques à surmonter

Devenus de plus en plus petits au fils des années, ces échographes offriraient également l'avantage d'un diagnostic plus rapide, grâce à une très bonne qualité d'image. Ces appareils seraient même déjà utilisés chez certains jeunes professionnels en médecine. "Les disques en vinyle ont été remplacés par des cassettes. Il y a eu ensuite les CD et les MP3. Les stéthoscopes pourraient céder leur place aux ultrasons, précisent les auteurs. L'échographie est devenue le stéthoscope du XXIe siècle".

Ces dernières pourraient ainsi être déjà utilisées dans une vingtaine de spécialités médicales. Mais d'après les médecins, elles resteraient encore trop souvent "dans la poche des manteaux de chaque clinicien". Pourquoi ? Les raisons sont tout d'abord économiques. Le prix d'un stéthoscope, aussi moderne soit-il demeurera toujours inférieur à celui d'un de ces appareils, qui avoisine les 10 000 dollars. De fait, cette technologie onéreuse ne serait pas acquise au même rythme dans tous les pays.

Elle ne serait pas acquise non plus selon les profils des médecins : "de nombreux médecins d'âge mûr ont terminé leurs études bien avant que l'échographie ne devienne une pratique de base dans leur spécialité", admettent les chercheurs avant de conclure que "le potentiel de cette technologie aujourd’hui balbutiante est encore bien plus étendu". Reste à savoir si la disparition stéthoscope que tout le monde connaît si bien sera accueillie par l'ensemble des médecins, ainsi que les patients.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter