Vaccin anti-grippal réalisé en officine : les pharmaciens touchent-ils vraiment plus que les infirmiers ?

Santé

Toute L'info sur

L’épidémie de grippe saisonnière

A LA LOUPE - Depuis cette année, il est possible de se faire vacciner contre la grippe, directement en pharmacie. Sur les réseaux sociaux, cette nouvelle a donné lieu à des rumeurs relatant une différence de rémunération entre les pharmaciens et les infirmiers. Les pharmaciens toucheraient plus de trois fois plus, pour le même acte. Qu'en est-il ?

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté il y a une quinzaine de jours. Nouveauté cette année : les pharmaciens volontaires peuvent vacciner les personnes à risque. Un élargissement des compétences des officines qui vise à faciliter la vaccination et à augmenter la couverture médicale sur tout le territoire.

Mais cette annonce n'a pas fait que des heureux. Une internaute a partagé ce 31 octobre son effarement : "l'hiver arrive, le vaccin de la grippe aussi", écrit-elle sur la page Facebook de La France en colère - Carte des rassemblements. Cette femme enjoint à ne pas se faire vacciner en pharmacie et à privilégier un acte infirmier, car les pharmaciens toucheraient "100 euros", "pour trois clients", quand une infirmière touche "à peine 9 euros pour ses patients". Elle souhaite ainsi soutenir les infirmiers libéraux, un métier dont elle craint la disparition.

Au lendemain de sa publication, son post comptabilise près de 900 commentaires et plus de 1000 réactions.

Cette information montre cependant une mauvaise lecture des textes. Le site de l'Assurance Maladie, Ameli.fr, détaille la rémunération des pharmaciens établie par "l’avenant 16 à la convention nationale du 4 avril 2012". L'acte est rémunéré 6,30 euros en métropole et 6,60 euros pour les départements et collectivités d'outre-mer. Pour trois patients, un pharmacien touche donc moins de 20 euros, bien loin des 100 euros avancés. 

Il convient aussi de noter que la vaccination par les pharmaciens est limitée. "Le vaccin peut être administré par les pharmaciens d’officine aux personnes majeures éligibles à la vaccination, précise l'Assurance Maladie, c'est-à-dire "les populations les plus exposées aux risques de complications graves en cas de grippe". Sont concernés les plus de 65 ans, les personnes atteintes de maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes obèses et "l’entourage des nourrissons à risque de grippe grave et des personnes immunodéprimées". 

Ces personnes reçoivent un bon de prise en charge de la part de l'Assurance maladie, qui leur permet d'obtenir le vaccin gratuitement. Les autres patients doivent, eux, consulter impérativement leur médecin. Les mineurs et les personnes présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l’ovalbumine ou à une vaccination antérieure sont également exclues, même s'ils possèdent un bon de prise en charge.

Toutes les officines ne sont pas non plus concernées. Le pharmacien doit être volontaire, avoir suivi une formation spécifique, répondre à des conditions techniques comme proposer un espace isolé adapté et enfin, déclarer cette activité à l'Agence régionale de santé.

100 euros : un chiffre qui ne sort pas de nulle part

Les "100 euros" évoqués ne sont pas, toutefois, une somme donnée au hasard. Ils apparaissent dans l'"arrêté du 10 mai 2017  relatif à l’expérimentation de l’administration par les pharmaciens du vaccin contre la grippe saisonnière". L'article 5 indique : "Chaque pharmacie d’officine participant à l’expérimentation reçoit en outre la somme forfaitaire de 100 euros, au titre du dédommagement lié aux contraintes spécifiques de l’expérimentation, pour chaque pharmacien participant à l’expérimentation ayant réalisé au moins cinq vaccinations au sein de cette officine." 

A l'époque, ce forfait avait créé du mécontentement chez les infirmiers, mais ces 100 euros n'étaient versés qu'une fois, et non tous les cinq actes. Le but était alors de compenser les frais de formation obligatoire. A l'époque, l'acte était déjà facturé 4,50 euros pour une vaccination sur prescription et 6,30 euros lorsque le bénéficiaire présentait un bon de prise en charge.

Il s'agit bien là de mesures concernant la période d'expérimentation de vaccination en officine, mise en place en 2017 dans deux régions (Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine) et élargie en 2018 aux régions Hauts-de-France et Occitanie. Depuis 2019, le dispositif est généralisé sur tout le territoire et ce forfait de 100 euros n’apparaît plus dans les textes officiels .

La rémunération des infirmiers

Les infirmiers peuvent, quant à eux, réaliser l’injection du vaccin contre la grippe sans ordonnance médicale depuis 2008. De la même façon que les pharmaciens, cette autorisation ne concerne que les personnes à risques. Des limitations imposées (exception de la primo-vaccination par exemple) ont peu à peu été abandonnées.

L'acte est facturé, comme les pharmaciens, 6,30 euros en métropole et 6,60 euros dans les départements et collectivités d'outre-mer. Les infirmiers libéraux y ajoutent une indemnité de déplacement en cas de prise en charge à domicile.

NB - Mise à jour du 05/11/2019

Suite à des retours de lecteurs, infirmiers libéraux et l'association UNIDEL, nous apportons un complément d'information concernant la rémunération des actes infirmiers : la rémunération de 6,30 euros n'est effective que lorsqu'il s'agit d'un acte unique.

"Lorsque, au cours d'une même séance, plusieurs actes inscrits à la Nomenclature sont effectués sur un même malade par le même praticien, l'acte du coefficient le plus important est seul inscrit avec son coefficient propre. Le deuxième acte est ensuite noté à 50 % de son coefficient, indique l'Assurance Maladie. Les actes suivant le second ne donnent pas lieu à honoraires et n'ont pas à être notés sur la feuille de maladie."

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter