Vaccin AstraZeneca : l'université d'Oxford suspend les essais sur les enfants

Vaccin AstraZeneca : l'université d'Oxford suspend les essais sur les enfants

VACCINATION - Les tests sur les enfants du vaccin AstraZeneca ont été interrompus au sein de l'université d'Oxford en raison des risques de thromboses pointés par des agences sanitaires. Sept personnes sont mortes des suites de l'administration du vaccin au Royaume-Uni.

L'université d'Oxford suspend les essais de vaccination des enfants développés avec AstraZeneca. Une décision temporaire, le temps d'obtenir l'avis du régulateur britannique l'Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA). "S'il n'y a pas d'inquiétude concernant la sécurité de l'essai clinique pédiatrique, nos attendons des informations complémentaires du MHRA", le régulateur britannique, "sur les cas rares de thromboses qui ont été rapportés chez des adultes, avant de procéder à de nouvelles vaccinations dans l'essai", a indiqué l'université britannique dans un communiqué. "Parents et enfants doivent continuer à se rendre aux visites prévues et peuvent contacter les sites où se tient l'essai s'ils ont des questions", a ajouté l'université.

Le MHRA enquête sur des signalements de caillots sanguins chez des patients qui ont reçu le vaccin AstraZeneca. Sept cas mortels ont été recensés au Royaume-Uni sur un total de 30 cas identifiés, avait indiqué samedi le régulateur, alors que plus de 18 millions de doses du vaccin AstraZeneca ont été administrées dans le pays.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

La responsable du MHRA, June Raine, a affirmé depuis que les gens devaient "continuer à se faire vacciner quand ils sont invités à le faire". "Notre examen approfondi et détaillé est en cours concernant les rapports de types très rares et spécifiques de caillots sanguins avec un faible taux de plaquettes suite au vaccin Covid-19 d'AstraZeneca", a-t-elle poursuivi, précisant qu'"aucune décision n'a encore été prise quant à une éventuelle action réglementaire".

Lire aussi

Un responsable de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Rogerio Pinto de Sa Gaspar, a estimé mardi que la balance risque/bénéfice continuait à peser "largement" en faveur de l'utilisation du vaccin anti-Covid d'AstraZeneca. Plus tôt dans la journée, un responsable de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a évoqué l'existence d'un "lien" entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thrombose observés après son administration, dans une interview au quotidien italien Il Messaggero publiée mardi.

Des pays stoppent l'administration du vaccin

L'agence européenne a dans la foulée précisé que son comité de sécurité "n'a pas encore abouti à une conclusion et (que) l'examen est actuellement en cours". Depuis plusieurs semaines des suspicions sont apparues sur de possibles effets secondaires graves, mais rares, après l'observation chez des personnes vaccinées avec AstraZeneca de cas de thromboses atypiques.

Par précaution, plusieurs pays ont décidé de ne plus administrer ce vaccin en-dessous d'un certain âge, comme la France, l'Allemagne et le Canada. La Norvège et le Danemark ont même suspendu son utilisation pour l'instant. De son côté, AstraZeneca a assuré en mars qu'il n'y avait "aucune preuve de risque aggravé", et assuré samedi que "la sécurité des patients" constituait sa "principale priorité".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

REVIVEZ - PSG-Bayern Munich (0-1) : malgré la défaite, Paris verra à nouveau les demies

Lire et commenter