Covid-19 : pour aider la recherche, le Royaume-Uni va infecter des volontaires

Covid-19 : pour aider la recherche, le Royaume-Uni va infecter des volontaires

COBAYES – Afin d’aider les scientifiques à mieux comprendre le virus et pour permettre de connaître le fonctionnement du vaccin dans l’organisme, des Britanniques en bonne santé vont être volontairement contaminés par le Covid-19.

Seriez-vous prêts à volontairement vous contaminer au Covid-19 afin d’aider la recherche ? Pour plusieurs centaines de Britanniques, la réponse est oui. Des chercheurs, pour un projet mené par l’Imperial College de Londres, comptent en effet injecter le virus provoquant la maladie à des dizaines ou des centaines de participants. Le but ? Mieux comprendre le fonctionnement du virus dans l’organisme, et aider la recherche pour un vaccin et un traitement.

Afin de prendre le moins de risques face à un virus qui a déjà provoqué la mort d’au moins 1,1 million de personnes dans le monde, seuls les volontaires de 18 à 30 ans seront exposés à la maladie. Ils devront également être en bonne santé et ne pas présenter de facteurs de risques.

Toute l'info sur

Covid-19 : vaccin, traitements... Où en est la recherche ?

"Je veux me battre pour aider à trouver une solution"

Pour eux, faire partie de ce projet a d’ailleurs semblé une évidence. "Tant de personnes sont en difficulté en ce moment, je veux que cette pandémie se termine", témoigne Danica Marcos, l’une des volontaires (voir vidéo en tête de cet article). "Si cela peut signifier que cette période de traumatisme pour le monde entier se termine, alors je veux aider." Même son de cloche pour Alastair Fraserurqhart, un autre volontaire. "Personnellement, je ne pouvais pas laisser cette opportunité", justifie-t-il. "J’ai beaucoup moins de risques que les autres, je ne peux pas me résoudre à ne rien faire. Je veux me battre pour aider à trouver une solution."

Lire aussi

Ce projet se divise en deux parties. D’abord, la phase initiale vise à déterminer la quantité de virus qui entraîne des symptômes, explique l’Imperial College. Il s'agira ensuite d'étudier "comment les vaccins fonctionnent dans le corps pour stopper ou empêcher le Covid-19, regarder les traitements potentiels et étudier la réponse immunitaire" de l'organisme. Pour cela, les volontaires seront infectés "par le nez", "voie naturelle" qu'emprunte le virus, a déclaré sur BBC Radio 4 Peter Openshaw, professeur de médecine expérimentale à l'Imperial College, qui co-dirige l'étude.

Une première mondiale dans la lutte contre la pandémie

"Le grand avantage de ces études sur des volontaires est que nous pouvons regarder chaque volontaire avec beaucoup d'attention, non seulement pendant l'infection, mais aussi avant l'infection et nous pouvons surveiller ce qui se passe à chaque étape, y compris avant que les symptômes ne se développent", a-t-il ajouté.

Evidemment, la santé des participants restera au cœur du projet. "Notre priorité numéro un est la sécurité des volontaires", a souligné le Dr Chris Chiu, qui mène ces recherches au département des maladies infectieuses à l'Imperial College, soulignant que son équipe a mené de telles études sur des virus respiratoires depuis 10 ans. En outre, les volontaires devront rester pendant deux semaines et demi, "à la fois pour effectuer les prélèvements et surveiller leur état avec beaucoup de soin et assurer la sécurité du public", a indiqué Peter Openshaw.

Si ce projet est présenté par les chercheurs britanniques comme une première mondiale dans le cadre du Covid-19, il a déjà existé par le passé. Ce type d’essais a en effet été utilisé dans la lutte contre la typhoïde ou le choléra.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 500.000 participants à travers la France, selon les organisateurs

EN DIRECT - Covid-19 : 12.580 cas positifs supplémentaires en 24 heures en France

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter