Covid-19 : Macron dévoile aux élus sa stratégie pour accélérer la campagne de vaccination

Alors que la campagne de vaccination française fait l'objet de nombreuses critiques, Emmanuel Macron a dévoilé mardi sa stratégie pour accélérer le processus. Explications.

AJUSTEMENTS - Dans le cadre d'une réunion avec les élus locaux de Touraine mardi, le chef de l'État a dévoilé les grandes lignes de la nouvelle stratégie de vaccination. Il souhaite notamment faciliter le recueil du consentement dans les Ehpad.

"Plus on peut vacciner vite les personnes qui souhaitent le faire, mieux c'est." En réunion ce mardi avec Emmanuel Macron, des élus locaux se sont dits déterminés à accélérer la campagne de vaccination française contre le coronavirus. Récemment sous le feu des critiques, le chef de l'exécutif a, lui aussi, paru décidé à passer à la vitesse supérieure. 

"Le président de la République nous a indiqué qu'il y aurait deux phases : l'une jusqu'à fin mars pour vacciner les plus fragiles et les soignants, avec une simplification du recueil du consentement dans les Ehpad", a notamment expliqué le président du conseil départemental d'Indre-et-Loire, Jean-Gérard Paumier. Le chef de l'État a également ajouté qu'il y aurait "ensuite, une stratégie beaucoup plus large" - de type grippal - avec des vaccins plus simples à conserver.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Cinq ou six centres départementaux de vaccination

Plus précisément, lors de la première phase, l'exécutif compte installer en janvier cinq ou six centres par département pour favoriser la vaccination. Selon Emmanuel Macron, ils seront établis sur le modèle des centres de dépistage Covid mis en place ces derniers mois. Parallèlement, la question du consentement dans les Ehpad représente un sujet épineux. Pour diminuer le délai et favoriser la vaccination massive dans l'Hexagone, le président de la République estime qu'il faut  le "simplifier". Selon lui, les modalités adoptées initialement, conformes aux exigences éthiques, seraient "un frein à l'efficacité"

À noter qu'une campagne de communication sur la vaccination va également être lancé sur l'ensemble du territoire.

Lire aussi

Les élus locaux réunis se sont, eux, félicités de cette "départementalisation" de la vaccination. "Cette reconnaissance des acteurs de terrain me paraît de bon augure", a ainsi lancé Jean-Gérard Paumier.

La campagne de vaccin contre le coronavirus en France a démarré bien plus lentement que dans d'autres pays européens comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni. Sévèrement tancé, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé mardi matin que la vaccination serait accélérée et simplifiée. En janvier, elle sera autorisée aux plus de 75 ans qui ne sont pas Ehpad, soit 5 millions de personnes, ainsi qu'aux pompiers et aides à domicile de plus de 50 ans.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 16.600 cas ces 24 dernières heures

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

Lire et commenter