Malgré l'accumulation de créneaux disponibles, l'exécutif colle à sa stratégie vaccinale

Malgré l'accumulation de créneaux disponibles, l'exécutif colle à sa stratégie vaccinale

DOSES - Alors que plus de 230.000 créneaux de vaccination sont disponibles partout en France, l’exécutif persiste et signe. Seuls les publics prioritaires demeurent éligibles pour se faire vacciner contre le Covid-19.

Des milliers de doses de vaccin dormant dans les frigos, n'attendant que d’être utilisées. Voilà la situation ubuesque en France en cette fin avril, alors que la campagne de vaccination n'avance pas suffisamment, couvrant pour l'instant 21,3% de la population (pour une dose au moins). Selon le site "Vite ma dose !", qui recense les centres de vaccination ayant encore de la place, 234.532 créneaux de vaccination étaient encore disponibles partout en France, mardi 27 avril en fin de journée. Soit 738 centres de vaccination. 

Fort de ce constat, des médecins et des élus demandent à ce que la campagne vaccinale soit élargie à d'autres publics afin de gagner en rapidité. À l’instar de Philippe Martin, président (PS) du conseil départemental du Gers, qui a lancé un appel depuis le vaccinodrome de la ville d’Auch, où la moitié des créneaux étaient encore vacants ce mardi. L’élu demande à ce que l’ensemble des Gersois puissent désormais se faire vacciner contre le Covid-19. "Nous disposons des infrastructures, de l’organisation et des doses pour assumer cette ouverture à l’ensemble de la population gersoise", a assuré Philippe Martin à La Dépêche

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les personnes vulnérables bientôt prioritaires ?

Pourtant, l’exécutif ne souhaite pas revoir sa stratégie, du moins pas tout de suite. En marge d’un déplacement à l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, Olivier Véran a confirmé ce mardi la volonté du gouvernement de vacciner par étapes. "Nous voulons donner la possibilité à chacune et chacun de se faire vacciner par priorisation de tranche d’âge. Nous devons vraiment prioriser et protéger les plus fragiles", a avancé le ministre de la Santé, qui a encore invité "les directeurs de centres à contacter ces fichiers de personnes pour les inviter à se faire vacciner sur chaque créneau disponible dans chaque centre". Pour l’heure, la campagne de vaccination seulement les personnes de plus de 55 ans, l’ensemble des soignants, les pompiers, les personnes vulnérables à très haut risque ou encore les femmes enceintes à partir du deuxième trimestre.  

Olivier Véran a marqué cependant un léger infléchissement dans la stratégie vaccinale en s’attardant sur un cas rencontré dans les centres et les cabinets : "Si jamais il n’y avait pas de public prioritaire vaccinable, et comme je ne veux pas qu’on jette de doses, les centres savent ce qu’ils ont à faire et peuvent contacter des personnes peut-être un peu plus jeunes et qui présentent des comorbidités. Je pense notamment aux personnes souffrant d’obésité importante." Le ministre a ensuite confirmé réfléchir avec Alain Fisher, le M. Vaccin du gouvernement, à l'ouverture prochaine de la vaccination à l’ensemble des personnes vulnérables. Aujourd’hui, seules celles considérées par le conseil d’orientation de la stratégie vaccinale comme "à très haut risque de formes graves" sont éligibles. Elles représentent 800.000 personnes en France. 

Lire aussi

Si pour Olivier Véran, le nombre important de rendez-vous disponibles n’est que "le reflet de l’augmentation des livraisons de vaccins, notamment des vaccins ARN messager", celui-ci peut aussi s’expliquer par la méfiance d’une frange de la population à l’égard du vaccin AstraZeneca. Mais aussi parfois de tous les vaccins n’étant pas étiquetés Pfizer/BioNTech. "C’est juste incroyable les patients qui refusent le Moderna et qui repartent non vaccinés. On a tellement parlé du Pfizer qu’ils ne veulent plus que ça. Quelle tristesse", raconte ainsi le Dr Jimmy Mohamed sur son compte Twitter, joignant une photo d'un formulaire de vaccination où le mot "refus" est inscrit en rouge à côté de la case à cocher du vaccin Moderna. Pour rappel, le vaccin de Moderna a été développé exactement comme celui de Pfizer, grâce à la techonologie de l’ARN messager. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Une voiture percute une terrasse de bar à Paris : un mort, six blessés 

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

Le ministre Alain Griset est convoqué au tribunal pour omission de déclaration de patrimoine

EN DIRECT - JO de Tokyo : Teddy Riner se console avec une médaille de bronze

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.