Vaccin Pfizer : par "sécurité", Olivier Véran écarte un allongement du délai entre les deux injections

Vaccin Pfizer : par "sécurité", Olivier Véran écarte un allongement du délai entre les deux injections

CRISE SANITAIRE - Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé mardi que l'espacement les deux doses de vaccin ne serait pas porté à six semaines, estimant qu'il faisait le choix de "la sécurité" face à une "part d'inconnu".

Lors d'une conférence de presse mardi, le ministre de la Santé et des Solidarités, Olivier Véran, s'est opposé à un espacement de six semaines entre les deux injections de vaccin. "Je maintiens le délai d'injection entre deux doses du vaccin Pfizer à trois ou quatre semaines", a-t-il affirmé lors de la conférence. Le ministre de la Santé a demandé à l'ensemble des acteurs qui organisent la campagne de vaccination de "s'en tenir" à ces "recommandations". 

Le ministre s'oppose donc à l'avis de la Haute Autorité de santé qui recommandait d'espacer "de six semaines l'injection de deux doses de vaccins, au lieu de trois à quatre semaines actuellement" dans un rapport publié le 23 janvier. Olivier Véran estime qu'on ne dispose pas d'assez d'informations pour être sûr que l'allongement du délai ne présente aucun risque.  "Nous sommes face à une part d'inconnu, je fais le choix de la sécurité des données validées et dont on maîtrise la pleine compréhension (...) Nous ne touchons pas au délai du vaccin Pfizer", a-t-il continué.  

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Si l'idée de décaler la deuxième dose reste "une réflexion utile légitime", le ministre de la Santé a repris les propos d'Alain Fischer, le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale anti-Covid-19, qui a listé plusieurs éléments qui "relativisent l'espacement de doses". Le spécialiste a cité des données préliminaires publiées en Israël, "chez les sujets âgés de plus de 60 ans, la protection contre la survenue d'un Covid dans la période entre la première et la seconde dose n'est que de 33%", ce qui constitue une "déception", a-t-il indiqué.

Olivier Véran a repris les arguments du spécialiste évoquant un "impact mineur sur la vaccination" ou encore "la faiblesse des connaissances scientifiques sur la protection des personnes entre deux injections". Le ministre a aussi mentionné des raisons pratiques déclarant qu'un espacement des doses pourrait bouleverser la campagne de vaccination. Selon lui, plus le délai entre les deux injections sera long et plus le risque est grand que les personnes "oublient leur rendez-vous." Par ailleurs, Olivier Véran estime que si on allonge le délai, cela obligerait à rappeler "un million de personnes" pour qu'ils décalent leur rendez-vous de vaccination. 

Lire aussi

Depuis le début de la vaccination en France le 27 décembre, 1.092.958 injections de vaccin ont été réalisées, pour l'essentiel des premières injections. "En février, il faudra assurer le rappel des personnes primo-vaccinées en janvier" et donc "le nombre de personnes qui recevront une première injection en février sera plus faible qu'en janvier", a relevé Olivier Véran.

Le ministre de la Santé et des Solidarités a tenu à préciser qu'il "avait toujours choisi de suivre les recommandations des autorités scientifiques depuis le début de la crise " et que sa "ligne ne changeait pas". Olivier Véran n'a pas manqué de remercier les uns et les autres pour leur "approche" tout en justifiant de nouveau sa décision en concluant qu'en politique il devait "choisir."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : première visite d'Emmanuel Macron dans un centre de vaccination lundi

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

Lire et commenter