Covid-19 : les pays du G7 vont distribuer aux pays pauvres un milliard de doses de vaccins

Covid-19 : les pays du G7 vont distribuer aux pays pauvres un milliard de doses de vaccins

SOLIDARITÉ - Alors que certains pays retrouvent une vie quasi-normale grâce à la vaccination d'une grande partie de leur population, d'autres, plus défavorisés, sont encore en pleine crise sanitaire. Réunis au Royaume-Uni depuis ce vendredi matin, les membres les plus riches du G7 se sont engagés à distribuer aux pays pauvres 1 milliard de doses de vaccins.

L'appel a été entendu. Alors que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) exhortait jeudi les pays européens à ne pas baisser la garde, soulignant que le niveau de vaccination étant encore trop bas pour éviter une nouvelle vague, les pays riches du G7 ont annoncé quelques heures plus tard s'engager à distribuer aux pays pauvres un milliard de doses de vaccins anti-Covid. Ce don se fera "en partageant des doses et en les finançant", a indiqué jeudi soir le gouvernement britannique, qui assure la présidence du G7.

Réunis à partir de ce vendredi jusqu'à dimanche dans le sud-ouest de l'Angleterre, les dirigeants de grandes puissances doivent également "présenter un plan pour étendre la production de vaccins afin d'atteindre cet objectif", a-t-il poursuivi.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

La moitié des dons annoncés pris en charge par les États-Unis

Dans ce cadre, les États-Unis se sont engagés à fournir la moitié de ces vaccins, soit 500 millions de doses de Pfizer/BioNTech. Ils commenceront à être envoyés en août, avec 200 millions de doses livrées d'ici la fin de l'année. Les 300 autres millions de doses seront livrées d'ici juin 2022. Avec près de 64% des adultes américains ayant désormais reçu au moins une dose, la Maison Blanche tente de se poser en leader dans la lutte planétaire contre la pandémie, qui a fait plus de 3,76 millions de morts, dont près de 600.000 aux Etats-Unis.

"Notre devoir humanitaire est de sauver autant de vies que possible", a martelé le président américain Joe Biden, qui effectue sa première tournée à l'étranger. "C'est aussi dans l’intérêt des Américains". "Une fois de plus, les Etats-Unis ont répondu à l'appel", s'est félicité le Pdg de Pzifer, Albert Bourla, en expliquant que tous les habitants de la planète avait le droit de se faire vacciner quelles que soient leur situation financière ou leurs origines. L'achat de 500 millions de doses de vaccins de Pfizer/BioNTech afin d'en faire don à d'autres pays est "la plus grosse commande et donation de vaccins réalisée par un seul pays et un engagement du peuple américain à aider à protéger les populations du monde entier contre le Covid-19", a souligné l'exécutif américain.

Londres a de son côté précisé donner 100 millions de doses excédentaires provenant de différents laboratoires grâce à l'avancée de son programme de vaccination, qui a permis d'administrer près de 70 millions d'injections au Royaume-Uni. 

Covax, un dispositif peu performant

Ces vaccins seront distribués "à 92 pays" défavorisés à travers le dispositif Covax. Mis en place pour assurer une distribution équitable des vaccins, ce programme ne parvient pour le moment pas à fonctionner à plein régime. Au 4 juin, le dispositif avait livré plus de 80 millions de doses dans 129 pays et territoires, bien moins que prévu. Près de 90% des pays africains manqueront l'objectif mondial de vacciner un dixième de leur population d'ici septembre, s'ils ne reçoivent pas d'urgence au moins 225 millions de vaccins, a averti jeudi l'OMS.

Lire aussi

Pour permettre de faciliter la vaccination à travers la planète, nombreux sont aussi ceux qui réclament la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid. Jeudi, le Parlement européen, en désaccord avec la Commission européenne, s'est prononcé pour une levée temporaire des brevets afin de développer la production. Début mai, Emmanuel Macron s'était dit "tout à fait favorable  à ce que la propriété intellectuelle soit levée". "Nous devons évidemment faire de ce vaccin un bien public mondial", avait-il avancé en insistant de nouveau sur la nécessité "de transférer la technologie et de savoir-faire pour qu'il y ait des plateformes qui produisent des vaccins à ARN messager en Afrique".  Le président avait cependant estimé que la priorité était donnée à court terme sur "le don de doses" et la production "en partenariat avec les pays les plus pauvres". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - "Rendre le sourire à nos enfants" : les pédiatres réclament la fin du masque à l'école

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.