Covid-19 : que révèle la première étude française sur le statut vaccinal des personnes infectées ?

Pour tenter d’endiguer la propagation du variant Delta, l’accent est mis sur la vaccination. L’efficacité du vaccin ne semble plus à prouver. Désormais, elle est chiffrée. Une première étude a révélé le lien entre vaccination et contamination.

ANALYSE - Une étude publiée jeudi révèle que la très grande majorité des nouveaux cas de Covid-19 concernent des non-vaccinés. Si cette étude est encourageante, elle est néanmoins à interpréter avec précaution.

Très attendue, la première étude française sur le statut vaccinal des personnes testées positives au Covid-19 est sans appel. Ou du moins de prime-abord. D'après les données de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) publiées jeudi, l'immense majorité des Français infectés n'est pas vaccinée ou ne possède pas un schéma vaccinal complet. Un biais important est cependant à prendre en compte, expliquent les auteurs de cette étude.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Une efficacité vaccinale, en apparence, chez toutes les tranches d'âge

Pour réaliser cette analyse, la Drees s'est appuyée sur les résultats des tests PCR réalisés lors la semaine du 28 juin au 4 juillet. Durant ce laps de temps, seuls 6% des personnes contaminées étaient totalement vaccinées. À l'inverse, 80% des malades n'avaient reçu aucune dose de vaccin et 11% avaient reçu une première dose au moins 14 jours auparavant.

Le constat de cette bonne protection vaccinale est le même pour toutes les tranches d'âge, malgré quelques variations d'efficacité. Chez les 60-70 ans, par exemple, 12% des cas positifs étaient complètement vaccinés alors la couverture vaccinale les concernant est de 61%. Chez les 30-40 ans, les tests étaient positifs chez près de 5% d'entre eux, alors que 19% des personnes de cette tranche d'âge sont vaccinées.

L'étude est aussi rassurante sur l'efficacité apparente des vaccins contre le variant Delta. Sur les 380 tests positifs criblés L452R (ce qui correspond à une suspicion de variant Delta), seuls 5,5% des patients étaient complètement vaccinés et 4,7% étaient symptomatiques. "Compte tenu de la faiblesse des effectifs concernés, l'effet protecteur de la vaccination vis-à-vis de l'infection ne semble pas significativement différent pour cette mutation particulière", conclut la Dress.

Les Français vaccinés sous-représentés dans les données étudiées

Oui, mais... Si les chiffres semblent sans équivoque, la Drees met en garde sur un biais, important, imputable à cette étude : alors que cette dernière se base sur les résultats des tests PCR effectués entre le 28 juin et le 4 juillet, les personnes totalement vaccinées (51% de la population) n'ont représenté que 19% de l'ensemble des tests réalisés sur cette période. "Les non-vaccinés sont donc bien surreprésentés parmi les personnes faisant un test (qu'il soit positif ou négatif)", note la Drees. 

Lire aussi

L'office statistique du ministère de la Santé fait remarquer que ce biais aurait pu être atténué en ne prenant en compte que les tests réalisés par des personnes symptomatiques. Tous âges confondus, la part de Français symptomatiques et non vaccinés grimpe à 83% et celle des Français complètement vaccinés descend à 4%. Ce qui correspond au taux de "96%" avancé par Olivier Véran jeudi.

"Pour autant, il est également possible que les personnes vaccinées, moins inquiètes que les autres, se fassent moins tester et ce, même en présence de symptômes", estime la Drees.

Il n'est pas possible d'estimer précisément l'efficacité vaccinale via de simples statistiques descriptives.- La Drees

Alors que cette étude doit désormais être réitérée toutes les semaines, la Drees s'attend à voir une surreprésentation croissante des personnes non vaccinées dans les tests PCR réalisés : "La mise en place du pass sanitaire devrait conduire des personnes non vaccinées (en grande majorité non symptomatiques) à se faire tester pour des motifs non sanitaires (trajets, loisirs, etc.) alors que les personnes complètement vaccinées ne sont pas dans ce cas", écrit-elle.

Pour les auteurs de cette première étude, "tous ces facteurs affectant les résultats agrégés montrent bien qu'il n'est pas possible d'estimer précisément l'efficacité vaccinale via de simples statistiques descriptives". Les estimations d'efficacité vaccinales produites par Santé Publique France sur les cas de Covid-19 "apportent à coup sûr des réponses plus précises sur ce point", considèrent-ils.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Tir mortel d’Alec Baldwin : Donald Trump Jr. vend des t-shirts se moquant de l’acteur

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.