Le vaccin Moderna arrive en pharmacie et chez les médecins généralistes

La campagne de vaccination s'est accélérée. Cette semaine, 300 000 doses de vaccin Moderna sont en train d'être livrées dans les pharmacies et chez les médecins généralistes qui, jusqu'à présent, ne disposaient que du vaccin AstraZeneca.

VACCINATION - Depuis jeudi, officines et cabinets de médecine générale peuvent recevoir des doses de vaccin Moderna. Les injections pourront commencer ce vendredi 28 mai et doper la campagne de vaccination en ville.

Les centres de vaccination n’auront plus le monopole sur l’administration du vaccin Moderna : pharmaciens et médecins vont pouvoir l’injecter à leurs patients dès ce vendredi. Un tournant dans la campagne vaccinale puisque, jusqu’alors, les vaccins à ARN messager de Moderna mais aussi de Pfizer-BioNTech n’étaient proposés que dans les centres de vaccination, à cause de conditions de conservation contraignantes. 

Des congélateurs spécifiques étaient nécessaires pour assurer une température de conservation de -20°C pour le vaccin Moderna et - 70°C pour Pfizer-BioNTech. Mais les deux vaccins peuvent en fait se conserver un mois dans un réfrigérateur classique, après décongélation. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Dix à vingt personnes vaccinées par semaine

L’initiative a été engagée après une expérimentation réussie de plusieurs semaines menée avec le vaccin Moderna en Moselle (Grand-Est). Les centres de vaccination, quant à eux, ne seront plus autorisés à administrer des premières doses de ce vaccin. En revanche, il est tout de même possible de se rendre dans un de ces centres pour la deuxième injection si on a déjà reçu la première. 

Généralistes et pharmaciens devraient recevoir à partir de cette semaine 300.000 doses du vaccin. Les cabinets et les officines auront donc accès à un nombre restreint de sérums : les médecins pourront commander un flacon contre deux pour les pharmaciens. Avec dix doses par flacon, les cabinets pourront donc vacciner dix personnes par semaine et les officines vingt. Un déploiement insuffisant pour certains professionnels de santé : "Les doses qu'on peut commander à partir d'aujourd'hui sont très peu nombreuses", déplorait lundi dernier le docteur Jacques Battistoni, président du syndicat de généralistes MG France, sur France Info

Relancer la vaccination en ville, après la défiance contre l'AstraZeneca

Pour autant, le gouvernement compte sur l'arrivée de ces doses pour donner un nouvel élan à la campagne vaccinale. "Elle va rendre le vaccin plus accessible pour les personnes âgées isolées, ou les actifs débordés, a expliqué samedi dernier Stéphane Bancel, PDG du laboratoire Moderna, dans les colonnes du Journal du Dimanche. Elle permettra donc d’atteindre plus vite l’immunité de groupe." 

“Les professionnels de santé situés dans les zones éloignées de centres de vaccination sont tout particulièrement invités à commander des vaccins afin de faciliter l’accès de la vaccination à nos concitoyens”, corrobore un message de la Direction Générale de la Santé (DGS) aux professionnels de santé, publié le 14 mai dernier.

L’opération devrait permettre de relancer la vaccination en ville, freinée par les réticences des Français face à la mauvaise réputation de l’AstraZeneca, déjà disponible en cabinet et officine. Selon la DGS, contactée la semaine passée par Le Parisien, 3,4 millions de doses du sérum n’avaient pas été administrées au dimanche 16 mai, sur les 7,8 millions de doses reçues en France depuis l’autorisation du vaccin. 1,4 million d’entre elles seraient stockées chez les médecins, 600.000 chez les pharmaciens.

Lire aussi

Le vaccin Pfizer-BioNTech, prochain sérum commandé par les médecins et pharmaciens ?

Cette décision était très attendue et certains professionnels de santé souhaiteraient même que l’initiative se poursuive avec les vaccins Pfizer-BioNTech. Le régulateur européen des médicaments a en effet autorisé lundi dernier la conservation du vaccin jusqu’à un mois au réfrigérateur, contre un délai de cinq jours qui était auparavant de mise. "Le vaccin Moderna ou le vaccin de Pfizer, c'est quasiment pareil, ce sont deux vaccins ARN, ils ont les mêmes caractéristiques et ils ont la même efficacité", expliquait lundi Jacques Battistoni à France Info.

Le vaccin Pfizer a convaincu la majorité des Français vaccinés : selon CovidTracker, environ 24,8 millions de doses ont été administrées, premières et secondes doses cumulées, contre trois millions de doses du vaccin Moderna. Du côté de l'AstraZeneca, environ 4,7 millions de doses ont été reçues, un chiffre bas mais déjà loin devant les quelques 201.000 doses du vaccin Janssen, également proposé en officines et cabinets médicaux.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Angleterre : dépassé par le variant Delta, Boris Johnson décale d'un mois le déconfinement

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - Vaccins Pfizer et Moderna : le délai minimal entre deux doses abaissé à trois semaines

Que se passe-t-il à la centrale nucléaire de Taishan, en Chine ?

"Ça va être Gilets jaunes puissance 10" : la fronde des automobilistes contre les ZFE en centre-ville

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.