Vaccination : un pédiatre répond à nos questions

Vaccination : un pédiatre répond à nos questions

SANTÉ - Devant les nombreuses polémiques en matière de vaccination, les parents ne savent plus aujourd'hui à quel saint se vouer. Metronews a interrogé un pédiatre afin de faire le point.

Dans la foulée du rapport de Sandrine Hurel, ancienne députée, remis à Marisol Touraine dans le cadre d'une grande concertation citoyenne sur la vaccination, metronews a contacté un pédiatre pour alimenter le débat. Entre inquiétude des parents et efficacité du vaccin, le Dr Olivier Romain a répondu à nos questions.

Que dites-vous aux parents qui se méfient de la vaccination ?
Avec tout ce que l'on entend sur le sujet, c'est normal que les parents soient inquiets au moment de faire vacciner leurs enfants. Le problème, c'est que la justice, les médias, bref, tout le monde, parle de cas isolés rarissimes et personne ne parle des bénéfices de la vaccination. Saviez-vous qu'à l'automne dernier, un enfant a contracté le Tetanos à Tours et a passé un mois en réanimation ? Le médecin qui avait fait un faux certificat de vaccination a depuis lors été suspendu. Il est plus risqué de potentiellement exposer son enfant à une maladie qui peut laisser des séquelles irréversibles, voire qui peut-être mortelle que de le faire vacciner ; tout le monde semble aujourd'hui d'accord là-dessus.

EN SAVOIR + >> Vaccins : Marisol Touraine annonce une grande concertation

Est-ce une bonne idée de suspendre la vaccination obligatoire ?
La vaccination obligatoire n’a pas lieu d'être et elle devrait d'ailleurs être très probablement remplacée par deux catégories : les vaccins indispensables et les vaccins possibles. La vaccination obligatoire n'existe plus chez la majorité de nos voisins (Angleterre, Allemagne, Pays-Bas) et, là-bas, personne ne remet en cause la vaccination. C'est à nous, médecins, de convaincre et de rassurer les patients. Notre mission c'est de faire de la prévention. Prenez l'Hépatite B, par exemple. Cette maladie fait aujourd'hui 2000 morts par an en France. Peu de gens le savent et c'est pourquoi nombreux sont les gens à ne pas être immunisés.

"Les laboratoires privés financent les recherches et [doivent] faire du chiffre"

Certains réclament que l'ancien vaccin DT polio (Mérieux) sans aluminium et retiré de la vente puisse revenir sur le marché. Qu'en pensez-vous ?
La dangerosité de l'aluminium en tant qu'adjuvant dans les vaccins n’a jamais été formellement prouvée. En revanche, on sait que ce vaccin sans aluminium pouvait engendrer des effets secondaires très sérieux notamment des séquelles neurologiques. Dans ce cas-là, la balance des risques était inversée et il convenait de le retirer de la vente.

Nombreux sont les citoyens à s'interroger sur les bénéfices faits par les laboratoires pharmaceutiques en matière de vaccin et donc sur leur objectivité.
La recherche en matière de vaccin a malheureusement été laissée au terrain privé. Les laboratoires privés financent les recherches et sont dans un deuxième temps amenés à faire du chiffre. Cette suspicion n'aurait pas lieu d'être si l'Etat avait repris la main en matière de recherche médicale sur les vaccins.

À LIRE AUSSI
>> Grippe, devez-vous vous faire vacciner (et comment)
>> L'obligation de vaccination des enfants manque de clarté >> Bientôt un vaccin sans aiguille

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

"Nos aînés ont raison" : nouvelle tribune de militaires sur le risque d'une "guerre civile" en France

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.