Variant Delta dans les Landes : comment la traque s'organise

Variant Delta dans les Landes : comment la traque s'organise

COVID-19 - Dans les Landes, alors que le variant indien - dit variant Delta - inquiète, certains foyers inexplicables sont en cours d'étude. L'Agence régionale de santé lance un plan d'action pour contenir sa diffusion.

C'était un territoire jusqu'alors plutôt épargné par l'épidémie de Covid, mais depuis vendredi, le département des Landes recense une trentaine de cas de variant indien. Un virus beaucoup plus transmissible, ce qui préoccupe les médecins. Stéphane Mauclair, généraliste à Dax (Landes), appelle ainsi ses patients à la plus grande prudence, alors qu'une vingtaine de cas suspects sont en cours d'analyse. "On se sentait un peu protégé, dans une petite bulle. On a tendance du coup à minimiser l'impact de cette pathologie. Donc ce variant vient nous rappeler qu'il faut rester vigilant", dit-il.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

En une semaine, le taux d'incidence a augmenté de 35% dans le département. L'Agence régionale de santé lancera dès lundi un plan d'action pour contenir la diffusion du variant. "On va mettre en place des mesures de dépistage dans les lycées et collèges ainsi que dans les entreprises. On va également passer des messages de prévention avec nos médiateurs. On mettra aussi quelques stands supplémentaires de points de vaccination dans les territoires", précise Didier Couteaud, délégué départemental des Landes - ARS Nouvelle-Aquitaine. Pour l'heure, les vaccins semblent efficaces pour faire face à cette mutation. 

Une centaine de contaminations dans le pays

Au total, en plus des Landes, une centaine de contaminations a été recensée dans le pays, principalement en Île-de-France, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Nouvelle-Aquitaine. Rien d'inquiétant à ce stade, selon le professeur Bruno Lina, virologue au CHU de Lyon (Rhône). D'autant que la France vient d'autoriser de nouveaux tests qui devraient lui donner une longueur d'avance. "On est les seuls à faire des PCR de criblage immédiatement sur tous les positifs, ce qui permet de dire quel type de virus infecte l'individu. Il va falloir qu'on surveille l'augmentation ou la proportion de ces virus pour savoir si ce virus va progressivement ou non remplacer les virus qui circulaient jusqu'à présent", explique-t-il.

Lire aussi

"Pas d'extension de l'épidémie" mais "des clusters"

Une surveillance étroite est donc exigée pour éviter le scénario qui se dessine au Royaume-Uni. Le variant indien y représente désormais plus de la moitié des nouveaux cas et pourrait même remettre en cause le déconfinement prévu dans 15 jours. Ce dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé qu'il n'y avait "pas d'extension de l'épidémie, en revanche, il y a des clusters", a-t-il expliqué sur BFM. " Il n’y a pas du tout la même situation en France qu’en Angleterre, en Angleterre ils ont augmenté l’incidence du virus, elle a doublé en quelques semaines."

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.