Variant Delta : les nouveaux cas français sont-ils graves ?

Variant Delta : les nouveaux cas français sont-ils graves ?

MUTANT – Le variant Delta provoque-t-il des formes plus graves du Covid en France, où il se diffuse peu à peu ? Exemple dans le département des Landes, où celui-ci représente désormais plus de 70% des cas positifs criblés.

Plus contagieux et probablement plus résistant à la vaccination, le variant Delta semble aussi plus agressif. Il doublerait ainsi le risque d’hospitalisation par rapport à son prédécesseur, le variant Alpha, d’après une étude publiée le 14 juin dans la revue médicale The Lancet et réalisée à partir des cas écossais. Mais qu’en est-il en France où ce variant représente désormais 9 à 10% des tests séquencés ? Concentrant davantage de cas que la moyenne nationale, les Landes permettent d'apporter quelques éléments de réponse. En effet, l’ombre du Delta plane sur ce département, où 74% des cas séquencés sur un échantillon de 126 tests positifs ont été affiliés à ce variant, contre 30% à la mi-juin. Les malades ayant été contaminés par le Delta se retrouvent-ils davantage à l’hôpital, malgré la vaccination en cours ?  

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Aujourd’hui, le département enregistre 20 personnes hospitalisées, dont deux en soins continus, et trois décès supplémentaires à l'hôpital depuis le 13 juin, selon Santé Publique France (SPF). Alors même que le taux d'incidence bondit, les hôpitaux des Landes se vident toujours puisqu'au 13 juin, ils accueillaient 32 patients, dont trois en réanimation. Mais il parait difficile de faire le lien entre les hospitalisations recensées dans le département, survenues deux semaines après une contamination, et les cas contractés de variant Delta. En effet, l’Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine n’a pas d’indications -ou ne souhaite pas les communiquer- sur le nombre de patients admis à l’hôpital qui auraient été contaminés par le variant Delta. 

Un variant qui touche surtout les jeunes non vaccinés

Dans un communiqué publié jeudi 24 juin, l’ARS explique toutefois qu'"aucun impact sur les indicateurs de gravité n’est à ce stade observé", et que "cette situation trouve son explication dans le fait que l’augmentation de l’incidence est imputable principalement aux jeunes développant peu de formes graves et aux personnes âgées vaccinées, protégées également contre les formes graves". Mais les éléments manquent sur les formes contractées par les plus jeunes : aucun chiffre n'a été communiqué là-dessus par les autorités de santé. S'agissant des plus âgés, pour la plupart protégés contre la maladie, la découverte d'un cluster dans un Ehpad de Pontonx-sur-l'Adour livre des premiers résultats encourageants.

29 malades ont été recensés depuis le 14 juin dans cet établissement, parmi lesquels 23 sont des résidents et six des membres du personnel. Parmi eux, 19 ont été identifiés comme étant des cas de variant Delta, comme le rapporte France Bleu Gascogne. "Nous pensons que cela vient des familles lors des visites réalisées la semaine précédente", a avancé Sarah Gonzalez, directrice de l’Ehpad, au micro de TF1. En revanche, selon le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran, en déplacement à Mont-de-Marsan ce jeudi, le virus serait entré dans l’établissement via une soignante "non vaccinée". 

Lire aussi

Mais au-delà de la cause, penchons-nous sur les conséquences. Au sein de ce foyer, seules trois personnes ont été hospitalisées sans qu'il n'y ait besoin de les transférer en réanimation et aucun décès n’est survenu. Une bonne nouvelle au vu du profil de la majorité des personnes touchées qui s’explique par le fait que 21 des 23 résidents malades avaient reçu deux doses de vaccin. Ce qui permet à l'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine d'affirmer que la vaccination est la clé, là encore. "Parallèlement, la vaccination se montre efficace avec une réduction du risque de forme grave de 70% après une injection et de plus de 90% après deux injections", a rappelé l'organisme de santé, renvoyant à l'étude parue dans The Lancet. Dans les Landes, 52 % des habitants ont reçu au moins une dose de vaccin au 21 juin, un peu plus que la moyenne nationale qui s’élève à cette date à 48,14%.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

Femme de ménage, j’ai plusieurs employeurs, lequel me versera l'aide de 100 euros ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.