Pour BioNTech, le vaccin semble toujours efficace contre les variantes du virus

Pour BioNTech, le vaccin semble toujours efficace contre les variantes du virus

RASSURANT - Alors que la variante britannique inquiète toujours plus les autorités, il semblerait que le vaccin développé par Pfizer et BioNTech reste efficace contre cette mutation ainsi que contre le variant sud-africain, assure la société de biotechnologie allemande.

Le variant britannique ne cesse de prendre de l’ampleur, mais il pourrait ne pas remettre en cause la stratégie vaccinale. Le vaccin contre le Covid-19 développé par Pfizer et BioNTech semble efficace contre une "mutation clé" des variants britannique et sud-africain, selon le résultat de travaux publiés ce vendredi par le laboratoire allemand BioNTech. "Les anticorps des personnes ayant reçu le vaccin Pfizer-BioNTech neutralisent efficacement le virus avec une mutation clé qui se trouve également dans deux souches hautement transmissibles" identifiées en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, indique la société dans un communiqué.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Toutefois, l’impact de ces travaux reste limité. En effet, les auteurs eux-mêmes soulignent que leur étude ne porte pas sur l'ensemble des mutations présentes sur ces variants. Elle ne suffit donc pas à conclure que l'efficacité du vaccin sera la même contre les variants que contre le virus classique.

L'émergence au Royaume-Uni et en Afrique du Sud de ces deux nouveaux variants du coronavirus inquiète pourtant la communauté internationale en raison de sa plus forte transmissibilité, selon les premières données. La nouvelle variante comporte notamment une mutation, nommée N501Y, au niveau de la protéine Spike (spicule) du coronavirus, la pointe qui se trouve à sa surface et lui permet de s'attacher aux cellules humaines pour les pénétrer, jouant donc un rôle clé dans l'infection virale.

"Aucune réduction de l'activité de neutralisation" n'a été observée

Pour tester l'efficacité du vaccin, les équipes de Pfizer-BioNTech, associées à l'université de médecine du Texas, ont développé un coronavirus porteur de cette mutation puis ont prélevé des échantillons de sang de vingt personnes qui avaient reçu le vaccin Pfizer-BioNTech, l'un des vaccins contre le Covid-19 actuellement distribué dans de nombreux pays. Ils n'ont trouvé "aucune réduction de l'activité de neutralisation" vis-à-vis du virus porteur de la mutation par rapport au virus classique, selon le communiqué.

Lire aussi

Les experts ont exprimé un optimisme prudent face aux résultats. "Ce sont de bonnes nouvelles, principalement parce que ce ne sont pas de mauvaises nouvelles", a déclaré Stephen Evans, professeur à la London School of Hygiene and Tropical Medicine. "Si le résultat opposé avait été trouvé, que le vaccin ne semblait pas avoir d'efficacité contre la variation du virus étudié, cela aurait été mauvais et très préoccupant."

Le mois dernier, le laboratoire allemand BioNTech a déclaré qu'il disposait de la technologie pour produire un nouveau vaccin contre de nouveaux variants en six semaines. Pour la Haute autorité de santé (HAS), l'optimisme est aussi présent. "Étant donné que les vaccins à ARN permettent de fabriquer des anticorps contre toute la protéine Spike, nous avons des raisons d'espérer que les quelques mutations qui portent sur cette protéine n'aient pas d'impact sur l'efficacité des vaccins contre ces variants", ont indiqué les représentants de la HAS au cours d'une conférence de presse, ce vendredi. "Cela reste de la théorie. Beaucoup d'équipes travaillent dessus. Mais globalement, nous sommes assez rassurés."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : Emmanuel Macron temporise, les scénarios des prochains jours

VIDÉO - Moins cher qu'un Ehpad : ces Français passent leur retraite dans un 4 étoiles en Tunisie

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 3000 malades en réanimation à nouveau franchi ce lundi

Maintien des écoles ouvertes, vacances scolaires... Les réponses de Jean-Michel Blanquer sur LCI

Écoles ouvertes, vacances : Jean-Michel Blanquer défend le statu quo

Lire et commenter