AstraZeneca : que va changer ce vaccin ?

AstraZeneca : que va changer ce vaccin ?

La Haute autorité de la santé (HAS) a donné son feu vert au vaccin développé par AstraZeneca. Faute de données suffisantes, ce vaccin n'est recommandé que pour les personnes de moins de 65 ans.

C'est le vaccin peu cher et facile à distribuer sur lequel l'Union européenne a parié pour accélérer la campagne de vaccination. Les doses sont très faciles à conserver au réfrigérateur et elles pourraient être administrées par les pharmaciens.

Toute l'info sur

Le 20h

Qui pourra être vacciné ? En priorité, ceux qui l'attendaient le plus et qui sont les plus exposés, le personnel soignant de moins de 65 ans. "Tous les professionnels de santé et du médico-social quel que soit leur lieu de service, y compris en ville. Essentiellement, parce qu'on a besoin d'eux en première ligne", explique Pr Dominique Le Guludec, présidente du collège de la Haute autorité de santé. Deuxième catégorie, les personnes atteintes de comorbidité entre 50 et 64 ans. Pour ce nouveau vaccin, les plus de 65 ans ne sont donc pas prioritaires. Les essais cliniques les concernant sont, à ce stade, insuffisants.

Par qui le vaccin sera-t-il administré ? Autre nouveauté, si le ministère l'accepte, médecins, infirmiers, sages-femmes et pharmaciens pourront vacciner. Ces derniers y sont habitués. Certains ont même déjà une salle dédiée dans leur officine. Le président de la fédération des syndicats pharmaceutiques de France, Philippe Besset, a montré devant les caméras de TF1 un local de vaccination équipé avec tout le matériel nécessaire.

Le vaccin AstraZeneca se conserve également dans un frigo ordinaire. Avec 21 000 pharmacies en France, l'idée est de lancer une vaccination massive et de proximité. "À partir du moment où on nous donne les doses, nous sommes prêts du jour au lendemain à enclencher une vaccination de proximité. La seule problématique qui reste : donnez-nous des doses !", insiste Philippe Besset. AstraZeneca a annoncé la livraison de 2,5 millions de doses d'ici la fin du mois. Les pharmaciens en auront, à ce moment, suffisamment pour commencer à vacciner en officine.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : d'ex-chefs d'États et prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Lire et commenter