Bronchiolite : seules deux régions de France métropolitaine pas (encore) en alerte rouge

Bronchiolite : seules deux régions de France métropolitaine pas (encore) en alerte rouge

CONTAGION - L'épidémie de bronchiolite touche déjà 11 des 13 régions de France métropolitaine. Les autorités sanitaires notent une "poursuite de l'augmentation forte et précoce des indicateurs de surveillance" de cette maladie respiratoire.

Les autorités sanitaires tirent la sonnette d'alarme : après une année blanche due au Covid, les virus respiratoires devraient faire leur grand retour cet hiver avec une certaine virulence. On le voit déjà avec la bronchiolite qui touche les enfants de moins de deux ans. Dans son dernier point hebdomadaire publié mercredi, Santé publique France note une "poursuite de l'augmentation forte et précoce des indicateurs de surveillance" de cette maladie respiratoire. 

Toute l'info sur

Le 13H

Elle indique par ailleurs que onze régions se trouvent désormais "en phase épidémique". Il s’agit de l’Auvergne-Rhône-Alpes, de la Bourgogne-Franche-Comté, du Centre-Val-de-Loire, des Hauts-de-France, de la Normandie, de l’Île-de-France, du Grand-Est, de la Nouvelle-Aquitaine, de l’Occitanie, des Pays de la Loire et de la Provence-Alpes-Côte-d'Azur. La Corse passe également en phase pré-épidémique alors qu’elle était classée verte la semaine dernière, tout comme la Bretagne. 

Plus de 3000 enfants vus aux urgences

Courante et très contagieuse, la bronchiolite est la plupart du temps bénigne, et se soigne avec des séances de kiné respiratoire. Vincent Kunz, kinésithérapeute à Roubaix est ainsi en première ligne, mais cette année "l'activité est plus importante que ces dix dernières années et arrive beaucoup plus tôt", juge-t-il dans le 13H de TF1. "D'habitude, c’est vers novembre-décembre, mais le week-end dernier j'avais une dizaine de bébés, c'est beaucoup dès le mois d'octobre", poursuit-il. 

Cette maladie respiratoire peut toutefois nécessiter un passage aux urgences, voire une hospitalisation. Ainsi, lors de la semaine du 18 octobre, 3342 enfants de moins de 2 ans ont été vus aux urgences pour bronchiolite, dont un tiers (1138) a ensuite dû être hospitalisé. Dans les deux cas, 9 sur 10 avaient moins d'un an. Deux semaines auparavant, on n'avait relevé que 1779 passages aux urgences d'enfants de moins de 2 ans pour bronchiolite, et 643 hospitalisations.

Cette recrudescence pourrait s'expliquer par les confinements successifs et les gestes barrières anti-Covid qui ont bloqué tous les autres virus, dont le VRS (virus respiratoire syncytial), responsable de la bronchiolite. Les enfants ont été moins infectés que d'habitude et sont donc moins immunisés. Ce phénomène pourrait aussi concerner d'autres virus hivernaux, dont ceux de la grippe ou de la gastro-entérite. Les autorités sanitaires ont donc lancé mardi une campagne pour rappeler l'importance des gestes barrières (être masqué, aérer, se laver les mains, tousser dans son coude, éviter bises et poignées de main...), alors "qu'un sentiment de lassitude tend à se généraliser".

Lire aussi

Pour l'heure, l'épidémie de grippe n'a pas encore démarré en France, où la campagne de vaccination des personnes à risques a débuté le 18 octobre. Santé publique France ne fait état que de "cas sporadiques de grippe depuis début septembre". Mais le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a averti mardi que "l'épidémie de grippe saisonnière à venir pourrait être sévère pour les plus âgés".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : "une dizaine" de cas possibles du variant Omicron en cours d'analyse en France

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : un avion de Frontex va surveiller la Manche "jour et nuit" à compter de mercredi

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.