Ce que l'on sait des plus jeunes victimes du Covid-19

Ce que l'on sait des plus jeunes victimes du Covid-19
Santé

DÉCRYPTAGE - Le Covid-19 ne touche pas que les personnes âgées. La mort, mardi 31 mars, d'un adolescent de 13 ans au Royaume-Uni des suites du virus allonge le bilan morbide de la pandémie chez les jeunes. La plus jeune victime connue en Europe est une Belge de 12 ans, décédée quelques jours après une adolescente de 16 ans en France. Chacun d'entre eux a trouvé la mort à l'hôpital, après une aggravation très rapide de leur état.

Il est mort quatre jours après son admission à l'hôpital. Un jeune Britannique de 13 ans est décédé des suites du coronavirus au King's College Hospital de Londres lundi, a-t-on appris ce mardi. Il n'était atteint d'aucune pathologie sous-jacente, selon sa famille.  Ismail devient la plus jeune victime du Covid-19 connue au Royaume-Uni.  Alors que le virus touche très peu les jeunes, il est néanmoins loin d'être bénin pour les enfants et les adolescents. 

D'autres jeunes patients mineurs ont en effet succombé à la maladie depuis le début de la pandémie. La plus jeune victime recensée dans un pays européen est une adolescente de 12 ans, morte en Belgique. "Après trois jours de fièvre", son état "s'est soudainement détérioré",  ont expliqué les autorité sanitaires mardi. 

Quelques jours plus tôt, c'est une jeune fille de 16 ans qui trouvait la mort en France après que son état de santé se soit terriblement aggravé en quelques jours à peine. Même scénario au Portugal, où un garçon de 14 ans, qui souffrait de complications, est décédé dimanche. Outre Atlantique, un "adolescent en bonne santé" vivant en Californie est mort lui aussi, ont annoncé les autorités américaines la même semaine. 

"Pas de problèmes de santé sous-jacent"

Selon sa famille, le jeune Ismail "a commencé à présenter des symptômes et des difficultés respiratoires et a été admis au King's College Hospital". "Il a été placé sous assistance respiratoire et plongé dans un coma artificiel et est décédé malheureusement hier (lundi) matin. A notre connaissance il n'avait pas de problèmes de santé sous-jacent", a affirmé sa famille.

Si "nous savons qu'il est moins probable pour des enfants de souffrir de formes sévère du Covid-19 par rapport aux adules, ce cas souligne à quel point il est important que nous prenions toutes les précautions possibles pour réduire la propagation de l'infection", a réagi le Docteur Nathalie MacDermott, enseignante au King's College, rapporte l'AFP.

"Il est important qu'un médecin légiste détermine si un examen post-mortem est nécessaire pour déterminer la cause exacte de la mort", a-t-elle souligné. Il est selon elle "essentiel d'entreprendre des recherches pour déterminer pourquoi certains décès surviennent en dehors des groupes susceptibles de succomber à l'infection", personnes âgées ou ayant des problèmes de santé préexistants, car il pourrait exister une "susceptibilité génétique sous-jacente de la manière dont le système immunitaire interagit avec le virus". 

Des cas qui restent très rares

Lire aussi

Les décès dus au Covid-19 sont heureusement exceptionnels parmi les jeunes, mais "les formes graves de la maladie entraînant une hospitalisation, y compris en soins intensifs ou menant à un décès, peuvent se produire chez des adultes de tout âge", ont averti les autorités sanitaires américaines dans un rapport, rappelle l'AFP. 

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Le virus "touche de façon très prédominante les patients âgés ayant des comorbidités" - des maladies pré-existantes -, rappelait vendredi sur une radio française le Professeur Bruno Riou, un responsable de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) après l'annonce du décès de la jeune Julie à Paris. Mais "à partir du moment où il y a de plus en plus de patients touchés, il y a de plus en plus de patients graves et même si la population des plus jeunes a un risque individuel extrêmement faible (...) naturellement il y aura quelques patients très sévèrement atteints parmi les plus jeunes", soulignait-il aussi.

En France, 34% des patients en réanimation ont moins de 60 ans. Et 64 personnes hospitalisées dans ces services sont âgées de moins de 30 ans. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent