Confinement : ces nouveaux départements qui pourraient basculer

Une dizaine de départements est sous haute surveillance, notamment parce que leur taux d'incidence y est très élevé ainsi que le nombre de patients en réanimation. La Nièvre, le Rhône et l’Aube pourraient être parmi les premiers à basculer.

ÉVOLUTION - L'exécutif ne s'interdit pas de passer d'autres départements en zone rouge. Ces derniers jours, pas moins de quatorze départements sont à la limite des chiffres des départements confinés.

Depuis vendredi soir minuit, une partie de la France est de nouveau plongée dans un confinement, le troisième depuis le début de la pandémie de Covid-19, apparue il y a plus d’un an. Si ce confinement est moins strict que les précédents, autorisant les sorties de plus d’une heure dans un rayon de dix kilomètres, il est en vigueur dans pas moins de 16 départements français, dont ceux d’Île-de-France et de Normandie soit près de 21 millions de Français.

En place pour une durée minimale de quatre semaines, ce confinement pourrait s’appliquer dans de nouveaux départements dans les prochains jours, voire semaines. En effet, dans 14 départements, à savoir le Var, les Hautes-Alpes, le Gard, la Haute-Savoie, le Doubs, la Nièvre, l’Yonne, l’Aube, la Moselle, l’Orne, l’Eure-et-Loir, le territoire de Belfort, les Bouches-du-Rhône et le Rhône, le taux d’incidence dépasse la barre des 250 cas pour 100.000 habitants. En visite à Valenciennes, mardi 23 mars, Emmanuel Macron a confirmé que ces préfectures pourraient bien basculer.

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

Le Rhône et les Bouches-du-Rhône bientôt concernés ?

Dans le dernier cité, les restrictions et un éventuel confinement pourraient vite rentrer en vigueur, comme l’explique à TF1 Guillaume Rozier, fondateur de CovidTracker : "Le taux d’incidence et le taux d’occupation en réanimation est élevé et est en hausse. Il est pour l’instant inférieur à celui des départements confinés, mais pourrait atteindre le même niveau dans les prochains jours, si la hausse se poursuit."

Autre indicateur à prendre en compte en plus du taux d’incidence : le taux d’occupation en réanimation. Dans dix départements, à savoir les Bouches-du-Rhône, le Var, les Hautes-Alpes, le Gard, la Haute-Savoie, le Rhône, le Doubs, la Nièvre, la Moselle et l’Eure-et-Loir, il frôle, voire dépasse les 100%. Dans les Bouches-du-Rhône, la situation est préoccupante dans les hôpitaux, l’un des deux services de réanimation de l’hôpital de la Timone, à Marseille, devant pousser les murs.

Une réévaluation étudiée cette semaine

Ce dimanche, il ne restait qu’un lit disponible dans ce service. "Comme tous les autres week-ends depuis plusieurs semaines maintenant, on est sur une pente ascendante, progressive du Covid-19. Elle est lente, certes avec des phases de plateau, mais tous les week-ends on jongle avec seulement deux ou trois places de réanimation", s’inquiète Dr. Jérémy Bourenne, médecin dans le service de réanimation de la Timone.

Lire aussi

Pour le professeur Bruno Lina, virologue et membre du conseil scientifique, rien n’est gravé dans le marbre : "Cela évolue, et le fait que certaines régions soient épargnées en termes de restrictions, de confinement, n’est pas quelque chose qui est stabilisé dans le temps. Il va falloir qu’on soit extrêmement vigilants, c’est un travail de chacun." Ainsi, une réévaluation de la carte des départements confinés n’est pas à exclure et sera à l’ordre du jour lors du prochain Conseil de défense, qui aura lieu cette semaine à l’Élysée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - Escalade au Proche-Orient : Israël dit avoir frappé 130 cibles militaires et tué 15 militants à Gaza

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.