VIDÉO - Confinement partiel ou total, variants et nombre de morts : les mises au point du Docteur Kierzek

VIDÉO - Confinement partiel ou total, variants et nombre de morts : les mises au point du Docteur Kierzek

CLARIFICATION - Alors que la pression épidémique et hospitalière reste importante en France, le médecin urgentiste Gérald Kierzek rétablit certaines vérités concernant le Covid et la situation sanitaire actuelle.

Alors que de nouvelles mesures sont attendues lors de la conférence de presse du Premier ministre, Jean Castex, le 6 mars prochain, le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel-Dieu et consultant TF1-LCI, revient sur la situation sanitaire en France et les décisions prises par le gouvernement. Interrogé sur la possible mise en place d'un confinement total, 

le Dr Kierzek s'y oppose fermement : "Je suis contre le confinement total et je ne suis pas le seul. Quand on confine, on met tout le monde sous cloche et on sait qu'il y a des effets secondaires. Les gens ne supportent plus le confinement" (voir notre interview vidéo ci-dessus).

Pour le spécialiste, ce n'est pas le taux d'incidence qui doit dicter cette décision, mais les taux d'hospitalisation et celui de la mortalité, qui pour le moment sont stables et ne relèvent d'une tendance exponentielle. "Il n'y a donc pas de "situation catastrophique qui à date nécessite de confiner",  nous assure-t-il. 

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Le confinement le week-end, efficace ?

Quant à mettre des villes sous cloche durant 48 heures, là encore, le docteur Gérald Kierzek se dit "réservé" : "Empêcher les gens d'aller sur la promenade des Anglais ou sur la plage de Dunkerque, est-ce que c'est ça qui empêche la transmission virale ? Probablement pas. Pourquoi ? Parce que la transmission se fait dans les lieux, à l'intérieur et non à l'extérieur. Donc empêcher les gens d'aller sur les marchés, empêcher les gens d'aller sur les plages, ça n'empêche pas la transmission virale", estime-t-il. 

Pour rappel depuis le 27 février, un reconfinement à Nice et à Dunkerque pendant le week-end est imposé. Une décision qui pourrait s'appliquer bientôt aux 20 départements sous surveillance, désignés par Jean Castex. 

Les variants : plus dangereux ou pas ?

Si la question de la dangerosité des variants est sur toutes les bouches, le Dr Kierzek se veut rassurant. Si les variants sont un peu plus contagieux (20% à 30% de contagiosité supérieure), ils ne sont néanmoins pas plus dangereux ou plus mortels. 

"Un virus, ça ne fait que muter, donc ça varie", explique-t-il. "C'est donc naturellement que les variants vont prendre progressivement la place de la souche européenne". 

Lire aussi

100.000 morts du covid, vraiment ?

Va-t-on atteindre le cap des 100.000 morts du Covid, comme de nombreuses voix s'en inquiètent ? Gérald Kierzek est catégorique :  oui. "Bien sûr qu'on va l'atteindre, malheureusement, mais c'est la vie. Vous savez, chaque jour, on a 1700 décès. Parmi ces décès, il y a des décès attendus et des décès évitables et des décès inévitables liés à la vieillesse, par exemple", explique-t-il. 

Reste que l'âge médian des décès liés au coronavirus, est de 85 ans. Un âge qui se situe au-delà de l'espérance de vie et donc un chiffre important à prendre en compte pour le spécialiste. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5.900 malades en réa, 385 décès en 24h

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Lire et commenter