89 clusters en cours d'investigation en France : comment sont-ils traités ?

89 clusters en cours d'investigation en France : comment sont-ils traités ?

ÉPIDÉMIE - En France, 190 clusters ont été identifiés depuis le 9 mai dernier. Pour détecter ces foyers de contamination, des campagnes de dépistage massives ont été mises en place. Les travailleurs saisonniers sont notamment exposés aux risques.

La pression de l'épidémie se desserre dans les hôpitaux. Pourtant, le nombre de foyers de coronavirus - constitués d'au moins 3 cas confirmés - continue d'augmenter : on dénombre 190 clusters en France depuis le 9 mai dernier, 89 étant actuellement en cours d'investigation. C'est lié à la stratégie généralisée des tests. Des campagnes massives, notamment liées au coup d'envoi de la saison estivale et à l'arrivée des travailleurs saisonniers, des quatre coins de la France mais aussi du monde entier. 

Le reportage du JT de 20H de TF1 en tête de cet article montre ainsi comment des dizaines de travailleurs saisonniers ont été testés positifs dans les Bouches-du-Rhône. D'abord isolés dans des logements exigus, ils ont finalement pu bénéficier de meilleures conditions de quarantaine. Pour une syndicaliste CGT interrogée par TF1, c'est la "promiscuité" qui a favorisé ce foyer épidémique à Châteaurenard, les personnes contaminées vivant parfois à "six hommes ou six femmes par chambre de 40m2", avec "des sanitaires nettoyés une fois par semaine".

Toute l'info sur

LE WE 20H

En vidéo

Coronavirus : où sont situés les 109 foyers de contamination identifiés en France ?

Des foyers de contamination sont notamment identifiés dans les Ehpad, les travailleurs des exploitations agricoles ou encore dans des établissements d’hébergement et d’insertion ou des établissements médico-sociaux.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 25.263 personnes hospitalisées, 301 décès en 24h

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : "J’ai ressenti l’injustice profonde, choquante", explique Nicolas Sarkozy dans le Figaro

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter