Deux fois plus de cas graves en une semaine : tension sur les lits de réanimation à Marseille

Deux fois plus de cas graves en une semaine : tension sur les lits de réanimation à Marseille

REPORTAGE - L'hôpital Nord de Marseille fait de nouveau face à un afflux de cas graves de Covid-19. Sur les 70 lits en réanimation dédiés au Covid-19 dans les Bouches-du-Rhône, 67 sont occupés. Un chiffre qui a doublé en seulement une semaine.

La situation se détériore à Marseille et dans le reste des Bouches-du-Rhône. Ces derniers jours, le nombre de personnes contaminées au Covid-19 a augmenté, tout comme le nombre de patients admis en réanimation. Actuellement, 8 à 10% des dépistages sont positifs, ce qui fait des Bouches-du-Rhône le département où le virus circule le plus en France.   

Pour les médecins, ces indicateurs sont un mauvais signe et il faut réagir dès à présent pour éviter une saturation des urgences comme lors de la première vague. A ce jour, sur les 70 lits de réanimations prévus pour les malades du Covid-19 dans les Bouches-du-Rhônes, "67 sont occupés, un nombre qui a quasiment doublé en dix jours", alerte le Professeur Laurent Papazian, chef de la réanimation de l'hôpital Nord à Marseille, dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Le 1er septembre, seuls 33 malades du Covid-19 étaient e n effeten réanimation dans le département, selon les chiffres de l'Agence régionale de santé. Un constat qui inquiète puisque sur l’ensemble de la région, il y avait "cinq patients qui étaient juste en convalescence durant l’été, et cela a augmenté depuis la mi-août", assure le Professeur Papazian. 

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

Lire aussi

Le profil de ces patients admis en réanimation est similaire à la période pré-confinement. "Cela ressemble beaucoup aux patients que l’on avait lors de la première vague", explique Ines Gragueb, médecin au service de réanimation de l’hôpital Nord de Marseille. Même si le virus circule beaucoup chez les jeunes, on retrouve selon elle de nombreux patients "avec des facteurs de risques : des diabétiques, des patients hypertendus ou obèses", et ils ont pour la plupart plus de 65 ans.  

Sur les réseaux sociaux, des médecins tentent d'alerter la population sur la situation dans le département :

Même s’il reste possible d’ouvrir de nouveaux lits en réanimation, Dominique Rossi, président de la Commission médicale d’établissement AP-HM à Marseille, reste vigilant : "Il reste 230 lits qui sont déjà gardés pour des malades qui ont besoin de réanimation et qui n’ont pas le coronavirus, ils ont aussi le droit d’être soignés"

Depuis le 5 septembre, le port du masque est devenu obligatoire dans toutes les agglomérations du département pour faire face à ce rebond de l’épidémie. Natacha Zucchero, infirmière à l'hôpital Nord de Marseille, s'inquiète face à cette recrudescence : "Cela fait peur parce qu’on sait ce qu’il s’est passé et on ne veut pas revivre la même chose".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

EN DIRECT - Covid-19 : les indicateurs encore stables en réanimation malgré la hausse des admissions

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.