Covid-19 : "Il faut fermer les écoles au plus vite", réclame le Pr Caumes sur LCI

Covid-19 : "Il faut fermer les écoles au plus vite", réclame le Pr Caumes sur LCI

CRI D'ALARME - Qualifié de lanceur d'alertes depuis le début de la pandémie, le Pr Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à la Pitié-Salpêtrière, réclame sur LCI la fermeture des écoles "au plus vite" et propose d'avancer "les vacances de Pâques de quinze jours".

Dans le débat autour de l'ouverture des écoles, le Pr Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), a tranché : il faut que les établissements scolaires restent portes closes. "Il faut fermer les écoles au plus vite", réclame-t-il sur LCI. "J'ai suggéré que les vacances de Pâques soient avancées de quinze jours. Nous devrions être en vacances dès lundi, avec des conséquences, j'en suis conscient", indique-t-il (voir vidéo en tête de cet article). "Il n'y a pas d'autres solutions si nous voulons casser les chaînes de transmission. Il faut s'attaquer aux transmissions dans le milieu du travail et en milieu scolaire."

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

En cause, la hausse des contaminations au Covid-19 qui n'en finit plus de remplir les services de réanimation. "En Île-de-France, la situation devient inquiétante, nous avons dépassé le pic de la deuxième vague depuis le week-end dernier", affirme le Pr Caumes. "L'allure de la courbe est telle que l'on tend désormais vers le pic de la première vague."

"J'ai l'impression d'être revenu à la case départ"

"J'ai l'impression d'être revenu à la case départ", regrette d'ailleurs le spécialiste, qui avertissait début mars 2020, avant le confinement, de l'arrivée d'une vague d'ampleur sur la France. Depuis, "des choix ont été faits de laisser le virus circuler, c'est le choix de l'immunité collective, naturellement et par la vaccination", poursuit Éric Caumes, qui estime à 20 millions le nombre de Français immunisés contre la maladie, naturellement ou grâce au vaccin. Forcément, sans stratégie zéro Covid, "il y a un prix à payer".

Lire aussi

Si la situation continue de s'aggraver, le chef du service des maladies infectieuses n'attend pas d'effets des restrictions supplémentaires prises il y a une dizaine de jours dans 16 départements, et qui pourraient apparaître dans les prochaines heures. "Nous n'avons pas pris des mesures très différentes de celles qui étaient en cours", regrette-t-il. "Aucun d'entre nous n'en attend un impact majeur. Et à chaque fois que nous attendons, nous perdons quinze jours."

"Si les Français respectaient les gestes barrières, nous n'en serions pas là"

Le Pr Caumes dénonce également le comportement de la population au cours de cette pandémie. "Si les Français respectaient les gestes barrières, nous n'en serions pas là aujourd'hui", fustige-t-il. "La clé du problème, c'est le non-respect des mesures barrières en lieu clos. Les Français n'ont certainement pas fait ce qu'il fallait."

Enfin, Éric Caumes prévient : le Covid-19 ne va pas disparaître de sitôt. "Ce virus est installé avec nous pour toujours, mais il donnera une maladie bénigne, des rhumes chez l'enfant", explique-t-il. Mais d'ici là, "malheureusement, il y aura d'autres vagues, sauf si nous arrivons à vacciner massivement en période de non-circulation du virus".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5.900 malades en réa, 385 décès en 24h

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Lire et commenter