"Une décision qui n'a aucun sens" : une infectiologue tacle la stratégie britannique d'"immunité collective"

"Une décision qui n'a aucun sens" : une infectiologue tacle la stratégie britannique d'"immunité collective"

RÉACTION - La professeure Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, qualifie de "pari inentendable" la décision prise par le Premier ministre Boris Johnson de "laisser venir l’épidémie". Elle s’en explique sur le plateau du 13H de TF1.

"Beaucoup plus de familles vont perdre des proches avant que leur heure ne soit venue". La phrase, lâchée par le Premier ministre Boris Johnson lors d’une conférence de presse très officielle cette semaine, a été vivement commenté au Royaume-Uni où les autorités ont fait le choix de ne pas recourir aux mêmes mesures de confinement que leurs voisins européens pour combattre le coronavirus.

Leur stratégie ? Permettre que le virus se propage dans le pays et touche au moins 60% de la population britannique. Objectif : créer une forme d’immunité à cette maladie qui, selon les professionnels de santé qui ont conseillé le gouvernement conservateur, pourrait revenir chaque année à l’image de la grippe ou de la gastro-entérite. 

Toute l'info sur

LE WE 13h

Lire aussi

Il faut que chacun se responsabilise- Pr Karine Lacombe

Contrairement à l’Italie ou à la France (à partir de lundi), aucune école n'a donc été fermée, aucun rassemblement n’a été interdit. "C’est une décision qui n’a aucun sens, qui est éthiquement extrêmement contestable", commente sur TF1 la professeure Karine Lacombe, infectiologue et cheffe de service à l'hôpital Saint-Antoine à Paris.

"Je suis abasourdie (…). Pour avoir discuté depuis 24-48h avec mes collègues anglais qui sont cliniciens, sur le terrain, ils sont effrayés. C'est une très mauvaise décision", martèle-t-elle.  "Ce qui est annoncé par Boris Johnson, c'est qu'on laisse venir l'épidémie, on ne fait rien et on voit qui va rester vivant, qui meurt. C'est vraiment un pari qui, pour ma part, est complètement inentendable", poursuit-elle. 

En vidéo

Coronavirus : quelle est la stratégie pour le Royaume-Uni ? Les explications de notre correspondante à Londres

Interrogée sur les mesures déployées en France dans le cadre de la phase 3, Karine Lacombe estime qu’elles sont "suffisantes". Mais "encore faut-il que tout un chacun les applique". Évoquant les marchés parisiens encore bondés ce dimanche matin malgré les appels au confinement lancés par le Premier ministre Edouard Philippe la veille, elle dit "ne pas comprendre que chacun ne se saisisse pas de cette urgence, n'ait pas l'intelligence individuelle et le civisme collectif d'arrêter de se rassembler". "Il faut que chacun se responsabilise", insiste-t-elle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter