Covid-19 : la vitamine D protège-t-elle des formes graves ?

Plusieurs sociétés savantes regroupant plus de 70 experts estiment que la vitamine D, très peu cher et facile à administrer aurait des effets bénéfiques chez certains malades du Covid-19, en particulier ceux qui développent des formes graves.

ÉCLAIRAGE - Un collège d'experts francophones a lancé un appel pour augmenter l'utilisation de la vitamine D afin de lutter contre le Covid-19. Mais est-elle vraiment efficace contre la maladie ?

Depuis plusieurs semaines, l’arrivée du vaccin contre le Covid-19 offre un nouvel espoir dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Si en France la population se fait vacciner progressivement, le nombre de morts et d’hospitalisations continuent d’augmenter. Pour lutter contre ce rebond de l’épidémie, plusieurs traitements sont utilisés par les professionnels de santé.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Ainsi, 73 experts de la santé et six sociétés savantes ont lancé un appel à recourir davantage à la vitamine D pour prévenir le Covid-19 et lutter contre ses formes graves. Selon eux, "la vitamine D est capable d’activer ou de réprimer plusieurs dizaines de gènes, et peut ainsi théoriquement prévenir et/ou améliorer les formes graves de Covid-19". En 2020, sa consommation a fait un bond de 80% chez les Français. Mais protège-t-elle vraiment du Covid-19 ?

Ce n’est pas parce qu’on va les 'supplémenter' en vitamine D qu’ils ne feront pas de forme grave- Dr. Gérald Kierzek, médecin urgentiste et intervenant sur TF1-LCI

Pour le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste et intervenant sur LCI et TF1, "on observe simplement que les patients en réanimation et ayant des formes graves du Covid-19 avaient un déficit en vitamine D, et que ceux au contraire qui avaient une bonne dose de vitamine D, faisaient moins de formes graves". "Cela ne veut pas forcément dire que la vitamine D protège contre le virus. Ce n’est pas parce qu’on va les 'supplémenter' en vitamine D qu’ils ne feront pas de forme grave", ajoute le médecin.

"La vitamine D, prise à doses correctes, sans surdosage et en vérifiant qu’il n’y ait pas de carence, ne fait pas de mal. Elle est intéressante en prévention, mais ce n’est pas le médicament préventif miracle", conclut-il. Un constat partagé par le docteur Christophe De Jaeger, président de la Société française de médecine et physiologie de la longévité : "Lorsque vous avez des taux convenables de vitamine D, vous avez une chance supplémentaire de résister à l’infection ou que cette dernière ne tourne pas à la gravité."

L’immunité est comme une chaîne et la vitamine D est l’un de ces maillons- Dr. Christophe De Jaeger, président de la Société française de médecine et physiologie de la longévité

"Néanmoins, lorsque les patients sont face à des cas graves, en réanimation par exemple, le manque de vitamine D n’est pas le problème. (…) Quand ils ont une immunité faible et sont confrontés au virus, ils ont toutes les chances de développer une forme grave de la maladie. En revanche, lorsqu’une personne saine, avec un bon système immunitaire, est en contact avec le virus, il va avoir toutes les chances de bien le combattre", ajoute le professionnel de santé.

Lire aussi

Pour Dr. De Jaeger, qui rappelle que 95% des personnes en France sont carencés en vitamine D, cette vitamine "fait partie de l’ensemble des éléments importants pour assurer un bon fonctionnement du système immunitaire". "L’immunité est comme une chaîne, elle a la force de son maillon le plus faible, et la vitamine D est l’un de ces maillons. Avoir une meilleure présence de vitamine D est un élément de protection mais pas un élément de certitude face à la maladie", insiste-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu : en Italie, la Sardaigne passe en "zone blanche"

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis

Lire et commenter