VIDÉO - Coronavirus : le rapatriement de Wuhan raconté de l’intérieur par une étudiante française

VIDÉO - Coronavirus : le rapatriement de Wuhan raconté de l’intérieur par une étudiante française
Santé

Toute L'info sur

Coronavirus : l'épidémie meurtrière qui inquiète la planète

EMBARQUÉE - Ce dimanche, un deuxième avion a atterri à Istres, sur la base aérienne qui a accueilli vendredi le premier contingent de Français rapatriés de Wuhan. A son bord, Amélie, une étudiante installée à Wuhan. Elle nous a fait le récit de son périple, grâce à des vidéos qu’elle nous a fait parvenir avant le décollage.

L’avion était attendu dans l’après-midi ce dimanche sur la base militaire d’Istres. A son bord, 300 passagers de trente nationalités. Français, Belges, Suédois… tous sont de retour de Chine où continue de sévir le coronavirus.  Parmi les Français présents dans ce deuxième appareil affrété par la France en trois jours, Amélie Chapalain, étudiante française installée à Wuhan qui raconte son périple à TF1. 

Après avoir rejoint le consulat de France, point de rendez-vous, et patientée pendant cinq heures Amélie a pu enfin regagner avec d’autres l’aéroport de la ville. Masque sur le visage, la jeune femme se filme avec son téléphone et montre l’aérogare en arrière-plan, presque vide, avec toutes  les boutiques fermées. Seuls sont présents ici des passagers en cours d’évacuation, tous en attente d’un examen médical et d’un numéro avant de pouvoir embarquer. 

Voir aussi

Changement de masque et désinfection

"Je suis soulagée de rentrer en France, confie Amélie. C’est vrai qu’après dix jours de quarantaine à Wuhan enfermée à  voir personne ça fait du bien de se dire que l’on va reprendre une vie normale".  Avant de monter à bord de l’avion, l’étudiante a une seule inquiétude : le manque d’informations sur les conditions de sa quarantaine en France. Où ? Avec qui ? Comment ?

Après une si longue attente, dans un aéroport "vide" la jeune femme indique également avoir très faim. Elle comme les autres n’avaient pas prévu d'avoir à patienter si longtemps avant de monter dans l'appareil. Soulagée, elle finit par trouver un petit sachet de calamar épicé pour se "rassasier".  "C’est tout ce que j’aurai à manger cette nuit apparemment", plaisante l'étudiante. 

Lire aussi

Après une visite médicale, un changement de masque, un questionnaire à remplir, une prise de température, et une désinfection, Amélie peut monter à bord. Elle prend place à l'étage des gens présentant des symptômes du Coronavirus où se trouve une trentaine de personnes : "Moi je tousse un peu, j’ai des problèmes respiratoires mais bon ça devrait aller", positive la jeune fille avant ce vol de douze heures qui devait arriver en France aux alentours de 14h30. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent