Covid-19 : ce que l'on sait des patients en réanimation

Covid-19 : ce que l'on sait des patients en réanimation

Le seuil des 6 000 patients en réanimation a été franchi lundi 26 avril. Ce soir, 5 943 sont encore en soins critiques. Avons-nous atteint un pic ? Les malades ont-ils les mêmes caractéristiques qu'il y a un an ? Notre équipe fait le point.

Transfert de patients, lits saturés... Le service de réanimation de l'hôpital privé de Villeneuve d'Ascq - Ramsay Santé est encore sous forte pression. "Dès qu'un patient sort, le jour même, la chambre est reprise. La tension est toujours là", témoigne l'infirmière dans la vidéo en tête de cet article. Lundi 26 avril, le cap des 6 000 patients Covid en réanimation a été franchi. Un niveau jamais vu depuis un an. Ce soir, le chiffre est en légère baisse : 5 943 admis.

Toute l'info sur

Le 20h

Avons-nous atteint un pic ? Oui selon le chercheur Pascal Crépey. "On s'oriente vers une baisse du nombre de lits de réanimation utilisés dans le cadre de la Covid. Néanmoins, cette baisse va être plus lente que celle que nous avons connue lors du premier, deuxième confinement pour la bonne et la simple raison que le variant anglais se propage plus".

Le profil des patients a-t-il changé ? Dans cette unité de Villeneuve d'Ascq, les malades présentent la plupart du temps les pathologies suivantes : surpoids, diabète ou bien hypertension. C'était déjà le cas lors de la première vague. Le plus grand changement : c'est le rajeunissement des patients. "On parlait à l'époque des patients 70, 80 ans, on est maintenant à une moyenne d'âge autour de 50 ans", dit l'anesthésiste-réanimateur Olivier Makhotine.

Les cas sont-ils plus graves et nécessitent-ils plus de temps en réanimation ? Difficile à dire, l'an dernier, les patients passaient trois semaines en réanimation. Aujourd'hui, la situation varie en fonction des régions et du procédé utilisé. "Le fait qu'on n'intube plus systématiquement les patients a permis de raccourcir la durée d'hospitalisation. Aujourd'hui, il faut compter en moyenne 10 jours d'hospitalisation versus au moins 3 à 4 semaines pour ceux qui sont intubés-ventilés", explique le Pr Bruno Megarbane, chef du service de réanimation à l'hôpital Lariboisière.

Le taux de mortalité des patients intubés reste pour l'instant le même que lors de la première vague : près d'un tiers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

"Pass sanitaire" et sortie de l'état d'urgence : les députés votent finalement le texte

EN DIRECT - Tensions Israël/Palestine : une "trêve" possible qu'en cas de "calme durable", affirme Tel-Aviv

Pour quelles raisons l’Elysée refuse de rendre publics les bulletins de salaire d’Emmanuel Macron ?

Double meurtre dans les Cévennes : la traque pour retrouver le suspect continue

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.