Les rassemblements de plus de 6 personnes en extérieur interdits dans toute la France

Les rassemblements de plus de 6 personnes en extérieur interdits dans toute la France

CRISE SANITAIRE - Ce mercredi, le ministre de l'Intérieur a annoncé que l'interdiction des rassemblements de plus de six personnes en extérieur concernait tout le territoire.

Les chiffres de l'épidémie s'affolent, les hôpitaux affichent complet et le ton de l'exécutif se durcit. Ce mercredi, le ministère de l'Intérieur a précisé que l'interdiction des rassemblements de plus de six personnes en extérieur concernait désormais tout le territoire. L'objectif reste le même : tenter de freiner la propagation du virus du Covid-19. Cette interdiction sur laquelle Gérald Darmanin a sensibilisé l'ensemble des préfets dans un télégramme mardi soir, ne s'applique donc pas seulement aux 16 départements concernés par les restrictions supplémentaires annoncées jeudi dernier par le Premier ministre.

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Le ministre de l'Intérieur a ajouté qu'il souhaitait l'application "stricte" des mesures sanitaires. Sur le terrain, Gérald Darmanin demande aux policiers de sanctionner les contrevenants. "Les forces de l'ordre verbaliseront les faits caractérisés d'abus de la règle", a-t-on insisté. L'interdiction des rassemblements de plus de six personnes à l'extérieur n'est pas nouvelle. En réalité, elle est en vigueur depuis le deuxième confinement (décret du 29 octobre 2020) mais elle n'était pas systématiquement appliquée par les agents de police. À noter que ces mesures ne s'appliquent pas aux manifestations déclarées ainsi que dans certains autres cas (familles nombreuses, sport en extérieur, etc.).

Alors que les beaux jours arrivent et que les bars restent fermés, les parcs ou les jardins sont pris d'assaut par des Français soumis depuis un an à des restrictions sanitaires. Dans les rues de la capitale, ce dispositif ne réjouit pas les riverains croisés sur les bords de Seine. "Je pense que cette mesure va être mal perçue par la jeunesse", estime un promeneur. Ceux qui enfreindraient cette nouvelle restriction risquent une amende de 135 euros. Une somme jugée suffisamment "dissuasive" par les jeunes interrogés par TF1. 

On a besoin de l'aide de la population- Dr Agnès Ricard-Hibon, cheffe de service Samu en Île-de-France, membre de la Société française de médecine d’urgence

De son côté, le ministère de l'Intérieur souligne qu'il s'agit d'en appeler "au sens des responsabilités des Français", en ajoutant qu'il avait été demandé aux forces de l'ordre de faire preuve de "discernement et de bon sens". La limitation des rassemblements répond à une situation épidémique qualifiée de "mauvaise" par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l’issue d’un nouveau conseil de défense sanitaire ce mercredi.

Au niveau national, le taux d'incidence s'élève à 310 cas pour 100.000 habitants. "On est en train de voir les indicateurs flamber. Si la population n'applique pas les restrictions, les indicateurs vont continuer à flamber. On a besoin de l'aide de la population pour se protéger", estime Dr Agnès Ricard-Hibon, cheffe de service Samu en Île-de-France, membre de la Société française de médecine d’urgence. Quelques jours après l'annonce du troisième confinement dans 16 départements, trois autres pourraient les rejoindre bientôt : le Rhône, l’Aube et la Nièvre.

Lire aussi

Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur a demandé aux préfets des zones confinées de communiquer sur l'ensemble des mesures de restriction : le respect du couvre-feu et les règles de fermeture des établissements accueillant du public... Des contrôles dans les gares et aux péages seront également organisés pour limiter les déplacements entre régions. Dans le viseur du gouvernement : les vacances de Pâques qui seront surveillées comme le lait sur le feu. Si les grands repas de famille sont interdits, les offices religieux sont, quant à eux, maintenus avec des jauges strictes. Ce mercredi, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse,  souhaite aller plus loin en proposant d'avancer les vacances scolaires de quinze jours.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

VIDÉO - Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a essayé de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : l’Australie pourrait maintenir ses frontières fermées jusqu’à fin 2022

Vaccination : le calendrier accélère, les dates clés pour s'y retrouver

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.